Retour sur la résidence à la Fondation Camargo – Des cartes et des îles

Des cartes et des îles
Résidence LabexMed à la Fondation Camargo
29 octobre au 12 novembre 2017
Jean-Luc Arnaud, Jean-Marc Besse, Guillaume Monsaingeon,
David Renaud, Gilles Tiberghien,
Avec la présence occasionnelle de Pauline Delwaulle (vidéaste)
et Elise Olmedo (géographe, postdoc LabexMed au Mucem)

Un observateur extérieur durant ce premier séjour nous aurait comparés à des écoliers rassemblés dans la cour de récréation, occupés à s’échanger des figurines de footballers ou de La Guerre des étoiles. Nos étoiles à nous, ce sont les îles, et en particulier les images qui permettent de les représenter. Nos échanges ont pris la forme d’une navigation (bien sûr !) d’une base de données colorimétriques à une liste de paradis fiscaux îliens, des membres de l’Alliance of Small Island States aux effets de la géologie sous-marine ou aux toponymes libérés par l’insularité.
La sémiologie cartographique croise ici le cinéma et l’histoire de l’art, par exemple sous l’angle des textures de mer gravée, et des effets d’échelle appliqués à des installations de vastes dimensions. Parmi les multiples pistes de travail, l’insularisation cartographique propre à tout espace clos, ou encore la question des effets insulaires démultiplicateurs, graphiques, épistémologiques, écologiques, politiques… Dans tous les cas, cultures graphique et cartographique sont ici convoquées pour interroger les multiples débats
organisés à propos des îles et de leurs réseaux.
Quelle vision du monde sous-tend cet envahissement insulaire au sud de l’Afrique (Atlas Miller, fig. 1) ?

Que disent ces rayons rouges (tirs des canons depuis Fort Boyard, XIXe siècle, fig. 2) et ces cercles bleus (encyclies du Viet-Nam, XIXe siècle, fig. 3), entre isolement insulaire et connexion archipélagique ?
Qu’est-ce qui distingue le profil d’une île de son plan (manuel scolaire, début XXe, fig. 4) ? L’île est-elle vraiment « le contraire d’un lac » (manuel scolaire, début XXe, fig. 5) ?

Résidence fructueuse, puisque nos échanges se prêtent à l’expérimentation de formes variées : peinture de fuseaux horaires du Pacifique surdécoupés par les îles, vidéo d’île empêtrée dans ses variations toponymiques, dessin de « ce qui reste de l’île quand on a retiré l’eau »…
La seconde session de notre résidence permettra de comprendre, à tête reposée, lesquelles de nos figurines cartographiques nous voulons conserver, panacher ou détourner. A coup sûr, le partage d’un savoir historique et sémiologique permet de mieux cerner, grâce à un travail plastique, les méandres de l’insularité graphique…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *