Ouvrir les sciences de la société à celles de la nature et… réciproquement !

Le 11 décembre prochain, Jean-Paul Deléage, physicien et historien des sciences, professeur honoraire de l’université d’Orléans viendra donner une conférence à l’invitation de l’Observatoire des Pratiques Interdisciplinaires de LabexMed. Sa conférence s’intitulera « Ouvrir les sciences de la société à celles de la nature et… réciproquement ! ».

Elle se déroulera dans la salle de conférence de l’IMéRA, de 10h à 12h30.

« Cette intervention avance quelques propositions sur certaines ouvertures possibles (et réciproques) entre sciences de la société et sciences de la nature. Il s’agit de propositions constitutives sur la place de cet objet hybride qu’est l’environnement, et issues de ma pratiquede chercheur et d’enseignant. 

Programmes communs, objets hybrides

J’appelle précisément programmes communs les programmes de recherche impliquant plusieurs disciplines dans l’étude d’un objet hybride comme l’environnement.

Les espaces temps et leurs échelles

Le temps est peut-être le plus fascinant des objets hybrides. Il peut être abordé de façon claire par le versant sciences de le la nature (irréversibilité selon le second principe de la thermodynamique, systèmes dissipatifs créateurs d’auto-organisation). Son abord est beaucoup plus complexe par le versant sciences de la société (cas de l’histoire).

L’émergence de la technoscience

Les espaces-temps de nos sociétés sont forcés par les contraintes nouvelles de la production, de la circulation et de la consommation du capitalisme globalisé, dans un emboîtement d’héritages hybrides. Voir le Stofwechsel de Marx et les trois sphères de René Passet.

 De nouvelles communautés de recherche

La naissance de nouvelles communautés de recherche enjambant les disciplines traditionnelles est symptomatique de la situation nouvelle. Il s’agira d’interpréter ces changements en opérant plusieurs distinctions, notamment entre ls niveaux paradigmatiques et programmatiques des activités de ces nouvelles communautés de recherche. 

L’écologie, le lien et la limite 

Nous reviendrons en conclusion sur le cas de l’écologie dans ses divers sens : comme science de la nature, comme culture et comme politique. »

Jean-Paul Deléage a d’abord enseigné à l’université Paris-VII Denis Diderot, et a ensuite dirigé pendant huit ans le DEA pluridisciplinaire « Environnement : Temps Espaces, Sociétés » à l’université d’Orléans . Ses intérêts et ses recherches se sont focalisés sur les éléments fondamentaux, écologiques et sociologiques, de ce qu’il est désormais convenu de désigner comme la crise de l’environnement.

Il a écrit et co-écrit de très nombreux ouvrages, dont on peut citer en particulier :

– 2013,  J.C Debeire, J.P Deléage, D.Hémery, « Une histoire de l’énergie », Flammarion

– 2013 (red), J.P Deléage, D.Foray, J.Gautié, B.Gazier, « Croissance, emploi et développement », Col. Repères

– 2001, J.P Deléage, « La biosphère : notre terre vivante », Découvertes Gallimard

– 1996, D.Bourg, J.P Deléage, « Les scénarios de l’écologie », Hachette

– 1991, J.P Deléage, « Histoire de l’écologie. Une science de l’homme et de la nature », La Découverte

Cette conférence a fait l’objet d’une captation video visible à l’adresse suivante : http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/labexMed/Pages/Labexmed-0002.aspx

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.