Déplacements et Traces en Méditerranée : le fil d’Ariane de l’absence

Séminaire du projet amorce Un fil d’Ariane dans l’espace euro-méditerranéen : l’absence comme modalité d’appartenance.

Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines

30 janvier 2015 

Présentation : Si en sociologie nous effectuons ce qu’il est convenu d’appeler des analyses de données, en quoi consiste l’analyse de traces, c’est-à-dire l’analyse de ce qui reste, ces empreintes qui portent la marque d’un temps pluriel (social, politique, administratif, etc.) ? Quelles formes d’attention requiert l’absence de traces ? S’agissant des traces laissées par un déplacement – documents divers, photographies, objets, correspondances, billets de transport, etc. –, nous essayerons de saisir ce qu’elles expriment du déplacement et ce qu’elles font au déplacement (réorientation, bifurcation, etc.). Peut-on ainsi rendre compte de l’absence à partir des traces laissées, jalons ténus d’un fil d’Ariane toujours en (re)constitution ?

 

Matin (10h-12h) salle 9 

Constance De Gourcy (LAMES CNRS AMU), & Nasser Tafferant (LAMES CNRS AMU)

Introduction : L’absence peut-elle être tracée ? 

Loïc Le Pape (IDEMEC CNRS AMU), Traces, désirs de savoir et volonté d’être. L’après-colonie au Maghreb 

 

Après-midi (13h30-17h) salle 1

Eckehard Pistrick (Martin-Luther-Université Halle/CREM-LESC Paris), Absences-Silences : La sonorité du vide 

Malika Gouirir (Université Paris Descartes), Retour en France, terre natale

Carnet : http://crisalide.hypotheses.org/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.