Communauté, attachement, reconnaissance dans les Balkans et en Méditerranée

Séminaire du programme BALKAMED – Les Balkans et la Méditerranée : objets communs/ regards croisés.

Jeudi 12 mars 2015 Institut des Sciences de l’Homme (Lyon), Salle Elise Rivet.

 

Communauté, attachement, reconnaissance dans les Balkans et en Méditerranée

La notion de « communauté » fait un retour en force dans différents domaines et sous différentes formes. Visant à produire du commun, elle désigne une multitude de formes de liens et/ou d’appartenances, mais s’applique aussi aujourd’hui à des phénomènes extrêmement variés : outre les notions classiques de communauté rurale, communauté nationale (Anderson), communauté ethnique ou confessionnelle, on parle ainsi de communauté éphémère, virtuelle, community building, gender-based community, community-based development, etc. Or, cette notion pose un problème de fond aux sciences sociales : fréquemment mobilisée pour désigner des groupes sociaux et des formes de lien de diverses natures, elle s’avère évidemment labile et fuyante à l’analyse. S’il est admis, de manière constructiviste, que la « communauté » n’existe pas, qu’elle se fabrique, et relève d’un processus, la prégnance et le renouvellement de cette notion interrogent de manière réflexive ses usages scientifiques. En effet, on ne cesse de constater l’écart entre les efforts de déconstruction des sciences sociales et les constructions ou les essentialisations de nombre d’acteurs, à commencer par les pouvoirs publics, qui tout en essayant de combattre le « communautarisme » comme menace implicite ou explicite, fabriquent en permanence de la « communauté ». Les sociétés des Balkans et de la Méditerranée constituent un observatoire de choix de ces processus dans la mesure où elles ont été constamment pensées comme marquées (quasi intrinsèquement) par des processus communautaires (communautés confessionnelles, linguistiques, ethniques, etc.), conduisant parfois à les qualifier de sociétés ethniques davantage que civiques. Relevant de stéréotypes, la notion de « communauté » y est aussi le fruit d’assignations par les Etats, tout en conduisant à des revendications venant réifier ce qui relève de la construction (politisation des identités, ethnicisation ou confessionnalisation). Les notions de minorité, groupe ethnique, communauté confessionnelle traduisent ainsi une idée maîtresse : les Etats-nations reposent sur l’idée d’une « domestication » de ces formes jugées communautaires.

 

Cette journée d’études a pour objectif de comprendre ces manières de faire et d’imaginer le « commun », en interrogeant la production de « communautés » par les pouvoirs publics, ainsi que les demandes croissantes de communautés nouvelles et plus ou moins précises, non seulement dans les registres classiques (linguistiques, confessionnels, ethniques), mais selon de nouveaux critères (genre, orientation sexuelle, particularismes alimentaires, etc.). Les notions d’appartenance, d’attachement et de reconnaissance feront l’objet d’une attention particulière pour penser des manières de produire du « commun » échappant à ou instrumentalisant les acceptions rigides de la communauté. Différents exemples seront abordés : les traductions urbaines du prisme communautaire, la notion de « communauté patrimoniale » telle que valorisée par le Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, les stratégies mobilisées par des acteurs divers (migrants, mouvements gays et lesbiens) pour utiliser et/ou contourner les catégories communautaires d’action publique. Il s’agira ainsi de mobiliser des cadres théoriques tels que les « politiques de la reconnaissance » (Honneth) qui reposent sur l’affirmation d’un droit non pas à l’égalité mais à la différence (selon les théories de la justice de Rawls ou les travaux de Butler sur le genre) ; les modes de fabrication du pouvoir et de la légitimité en référence à la gouvernementalité (Foucault), ainsi que la manière dont le pouvoir est incorporé jusque dans les demandes de reconnaissance ; le rapport entre la construction normative de la notion de « communauté », et les diverses formes d’attachement, d’appartenance ou de reconnaissance, permettant de confronter les conceptions classiques de la « communauté » dans les Balkans et en Méditerranée (religion, ethnicité, etc.) à toute la gamme des nouveaux usages de cette notion.

Organisation :

Bianca Botéa (Université Lumière Lyon2 / EVS-CREA)

Olivier Givre (Université Lumière Lyon2 / EVS-CREA)

Pierre Sintès (Aix Marseille Université / TELEMME).

 

Programme :  BalkaMed Communauté et commun


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.