Rencontres méditerranéennes – Couleurs et mosaïques

Marseille, 28 – 29 avril 2015

Villa Méditerranée – esplanade du J4 – 13002 Marseille

Les recherches sur la couleur dans l’Antiquité ont fait des avancées spectaculaires ces dernières années, en liaison avec les développements techniques des analyses des matériaux menées tant par les restaurateurs du patrimoine archéologique, avec l’appui du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF, Paris) ou du Centre interrégional de conservation et de restauration du Patrimoine (CICRP, Marseille), que par les scientifiques dans les laboratoires de géologie ou d’étude des matériaux.

De telles analyses ont en particulier mis en lumière la présence de peinture sur de la pierre. Alors qu’il est bien acquis désormais que les temples antiques, vus aujourd’hui blancs, étaient très colorés, on a pu déceler récemment des traces de pigments sur les sculptures en marbre blanc, mais aussi des apports de mortiers colorés par des pigments en surface de mosaïques de tesselles elles-mêmes taillées à partir d’une gamme de pierres souvent très richement polychrome. Ces découvertes éclairent d’un jour nouveau la formule célèbre de Pline l’Ancien qui considérait que la mosaïque tendait à être une véritable « peinture de pierres ».

Par ailleurs, depuis quelques années, une réflexion sur la couleur dans tous ses aspects –non seulement techniques et pratiques, mais aussi philosophiques, visuels- s’est développée notamment dans le cadre de rencontres organisées conjointement par le CNRS et le Conservatoire des ocres et de la couleur à Roussillon. Cela a ouvert, aux études des archéologues et des historiens de l’art, de nouvelles perspectives concernant l’histoire des techniques.

Aix Marseille Université a été pionnière en créant un champ de recherche sur l’histoire des techniques antiques ; de telles études s’y poursuivent sur divers supports (au Centre Camille Jullian notamment pour la sculpture et les mosaïques). Réunissant archéologues, restaurateurs et spécialistes des matériaux, ces travaux sont maintenant fréquemment conduits en Europe ; les chercheurs des rives méridionale et orientale de la Méditerranée commencent également à se pencher sur ces nouveaux domaines d’analyses.

Ces nouveaux développements des études scientifiques au service des sciences humaines et du patrimoine permettent de proposer également de nouvelles perspectives à de jeunes chercheurs qui peuvent être impliqués dans différents types de programmes interdisciplinaires, comme c’est le cas des Ateliers de recherche interdisciplinaire (ATRI), programmes supportés par le LabexMed comme celui traitant des « Matériaux des mosaïstes » (MMSH, Centre Camille Jullian – Institut de recherche sur l’architecture antique). Parallèlement, ce sont ouvertes en France des structures de recherches dépendant d’institutions territoriales et apportant leur expertise dans le cadre de restaurations patrimoniales, avec des chercheurs issus de formations universitaires de haut niveau ; un exemple de ce type d’établissements encore peu fréquent hors d’Europe est le Centre interrégional de conservation et de restauration du Patrimoine (CICRP, Marseille) soutenu par la Région PACA.

Aussi, nous sommes nous proposés de réunir des acteurs de cette recherche intervenants à différents niveaux, dans les pays du Maghreb, en Syrie, en Italie et en France, pour discuter de ces champs d’investigation, des techniques mises en oeuvre, de leur apport à la recherche.

La rencontre organisée les 28 et 29 avril 2015 à la Villa Méditerranée, à Marseille, sur un projet préparé avec la Région Provence Alpes Côte d’Azur, proposera un espace d’échanges sur ces nouvelles pratiques de l’étude des œuvres d’art antiques et leurs apports en matière de compréhension du travail de l’artisan de la pierre, qu’il fut sculpteur ou mosaïste.

 

Programme

 

Mardi 28 avril 2015

14h – 14h20 : Accueil et présentation des journées

14h20 – 14h50 : Maxence Bailly, Une préhistoire en couleur ? faits et méthodes autour de l’emploi de la couleur à la fin des temps préhistoriques en Méditerranée occidentale

14h50 – 15h20 : Philippe Jockey, Le mythe de la Grèce blanche

15h20 – 15h50 : Lamia Fersi, L’utilisation du rouge dans le monde funéraire punique

15h50 – 16h20 : discussions et pause

16h20 – 16h50 : Naceur Ayed, Couleur et colorants dans la Carthage antique : œuvres musivales, picturales, tinctoriales…

16h50 – 17h10 : Philippe Bromblet, Méthodes de caractérisation de la pierre au CICRP et la base Pierre Sud (CICRP / BRGM)

17h10 – 17h30 : discussions

 

Mercredi 29 avril 2015

9h – 9h30 : Anne-Marie Guimier-Sorbets, Discerner, comprendre, restituer la couleur sur les mosaïques et les sols d’époque hellénistique, de Grèce et d’Egypte

9h30 – 10h : Véronique Blanc-Bijon, Retour sur l’emblema du Cap d’Agde : matériaux et techniques

10h – 10h30 : Naïma Abdelouahab, Encore l’influence des ateliers de mosaïstes de Timgad

10h30 – 10h50 : discussions et pause

10h50 – 11h20 : Fathi Béjaoui, Mosaïques et couleurs dans les églises paléochrétiennes de Tunisie

11h20 – 11h50 : Andreas Nicolaïdes, Mosaïques byzantines. ‘L’âge d’or’, de Théodose I à Justinien

11h50 – 12h15 : discussions

14h – 14h30 : Elisabetta Neri, Verre, Or, Couleur. La matière de la lumière dans les mosaïques pariétales tardives

14h30 – 15h : Komait Abdallah, Ombres et lumières sur les mosaïques de la mosquée de Damas

15h – 15h30 : Patrick Blanc, Ce que la restauration peut révéler

15h30 – 16h : Roland May, Le Centre interrégional de conservation et de restauration du Patrimoine à Marseille

16h – 16h30 : discussions et conclusions

 

Intervenants :

  • M. Komait Abdallah, archéologue, Direction générale des Antiquités et des Musées (Damas).
  • Mme Naïma Abdelouahab, conservatrice au Musée national des Antiquités, enseignante à l’Ecole nationale de Conservation et de Restauration des Biens culturels (Alger).
  • M. Naceur Ayed, professeur émérite à l’Institut national des Sciences appliquées et de Technologie (Tunis).
  • M. Maxence Bailly, maitre de conférences à Aix-Marseille Université, Laboratoire méditerranéen de Préhistoire Europe Afrique (MMSH, Aix-en-Provence).
  • M. Fethi Béjaoui, chercheur à l’Institut national du Patrimoine (Tunis).
  • M. Patrick Blanc, responsable de l’Atelier de conservation et de restauration, Musée départemental Arles antique.
  • Mme Véronique Blanc-Bijon, Aix-Marseille Université/CNRS, Centre Camille Jullian (MMSH, Aix-en-Provence).
  • M. Philippe Bromblet, chercheur au Centre interrégional de conservation et de restauration du Patrimoine (Marseille).
  • Mlle Lamia Fersi, conservatrice au Musée national du Bardo, Institut national du Patrimoine (Tunis).
  • Mme Anne-Marie Guimier-Sorbets, professeur à l’Université de Nanterre.
  • M. Philippe Jockey, professeur à Aix-Marseille Université, Centre Camille Jullian (MMSH, Aix-en-Provence).
  • M. Roland May, directeur du Centre interrégional de conservation et de restauration du Patrimoine (Marseille).
  • Mme Elisabetta Neri, docteur en archéologie Università cattolica de Milan, post-doc Labex ResMed – INHA – Paris IV-Sorbonne.
  • M. Andreas Nicolaides, maitre de conférences à Aix-Marseille Université, Laboratoire d’Archéologie médiévale et méditerranéenne en Méditerranée (MMSH, Aix-en-Provence).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.