Retour d’expérience « Au plus près, ensemble » – Fondation Camargo

L’entrecroisement art, littérature et sciences humaines pour la compréhension d’un territoire entre ville et nature

Dyptique_Fondation CamargoRetour d’expérience(s) de Danielle Gille-Pamart, Arlette Hérat, Nadja Monnet, Lourdes Segade, Hendrik Sturm.

Notre résidence à la Fondation Camargo, en partenariat avec Aix Marseille Université Labex-Med, s’est déroulée en deux temps : 3 jours en décembre 2014 pour une première immersion collective sur le terrain par la marche puis deux semaines et demie en janvier 2015.

Notre équipe s’est constituée en réponse à l’appel à résidence autour d’un intérêt partagé pour le questionnement d’un territoire à partir de méthodes de terrain sensibles, que celles-ci soient mobilisées dans le cadre d’une discipline scientifique (anthropologie, urbanisme) ou littéraire et artistique (écriture, photographie et promenade artistique). Elle a voulu expérimenter sur le territoire de Cassis un entrelacement de regards, brouillant les frontières sans pour autant les effacer  – entre sciences et arts – et parfois même entre savants et/ou artistes et habitants. Ce souci d’expérimentation a été mené avec l’objectif de donner sens aux dynamiques urbaines contemporaines afin de comprendre plus particulièrement comment le vivre ensemble se construit dans une ville marquée par un rapport à la nature très étroit[1].

La méthode développée au cours de la résidence a été avant tout un processus de confrontations de modes de lecture d’un territoire, de réflexivité et de recherche de traduction et d’écriture qui allient les apports de chacun et qui cherchent à bousculer les formats traditionnels de fabrication[2] et transmission du savoir. Partant de représentations picturales de la ville, réputée comme petit port touristique à l’abri des villes de Marseille et la Ciotat (marquées par leur passé portuaire et industriel) nous nous sommes attelé à décrypter ce qui était peu perceptible à première vue dans le paysage, à porter notre attention sur des détails, à glaner des indices[3]. Au fil des jours, notre regard s’est affuté, nourri de ressources littéraires et documentaires, riche de ce que nous éprouvions sur le plan sensoriel et des interactions sociales. Ces expériences de terrain ont été menées collectivement (induites en fonction des compétences de chacun et enrichies des regards des autres) mais aussi individuellement ; elles ont été mises en débat régulièrement entre nous.

Nous quittons la résidence avec la mémoire du processus qui s’est déroulé, avec des matériaux produits in situ, divers dans leur forme (textes, photographies, parcours, cartes mentales, schémas, collecte de documents, enregistrements sonores …) et avec des pistes de recherche (et des interrogations) quant à la forme pour relater ensemble, pour tisser autour de points de vue particuliers à chacun, pour s’interpeller et/ou se fondre, peut-être, dans une œuvre commune, une œuvre de découverte. L’un des résultats attendu est un journal de bord collectif afin de garder une trace du processus de recherche et de création, ce qui nous permettra, dans un deuxième temps, de réfléchir sur cette expérimentation, sur ses méthodes et la ou les forme(s) de restitution choisie(s).

A lire : de la Cicatrice au panorama de Danielle Gille-Pamart

A venir :

Présentation des résultats à la Fondation Camargo le 23 septembre 2015.

Communication lors colloque Des formes pour vivre l’environnement Théorie, expériences, esthétique et critique politique (Thème 3 : Formes narratives et récits environnementaux), EHESS, Paris, 1-2 octobre 2015. La vidéo de la communication de Danielle Pamart, Nadja Monnet et Arlette Hérat est disponible sur : http://cral.ehess.fr/index.php?2046 [thème 3, 2ème vidéo, début de la communication à la minute 15 :50].

[1] Cassis fait partie du Parc national des calanques, premier parc national dit « périurbain » d’Europe, expression qui témoigne de l’imbrication entre secteurs urbanisés et espaces naturels caractérisant l’agglomération marseillaise.

[2] En référence à La fabrique du pré de Francis Ponge.

[3] En référence au film d’Agnès Varda Les glaneurs et la glaneuse.

Texte de Danielle Gille-Pamart, Arlette Hérat, Nadja Monnet, Lourdes Segade, Hendrik Sturm.

Crédit photographique : Lourdes Segade © 2015
Image à la une : logo de la fondation Camargo


Une réflexion au sujet de « Retour d’expérience « Au plus près, ensemble » – Fondation Camargo »

  1. Ping : Entre narrations et enjeux environnementaux | LabexMed

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.