Expédition Sillage-Odyssée : escale à Naples, à la découverte du port antique. Des fouilles archéologiques urbaines exceptionnelles

L’exposition « Stazione Neapolis », inaugurée en 2005 au Musée archéologique, retrace l’histoire de Naples dès ses origines jusqu’à la fin de l’époque médiévale en présentant les résultats des recherches archéologiques préventives menées à l’occasion de la construction des lignes 1 et 6 du métro (https://it.wikipedia.org/wiki/Stazione_Neapolis), à partir de 1999. Nous avons pu, le 17 octobre, grâce à la Surintendance archéologique de la Campanie, visiter et filmer cette présentation, complètement rénovée au début de l’année 2015, et un complément d’information a été donné grâce à la visite du chantier du métro (station « Municipio »). En outre, les découvertes les plus récentes réalisées à Piazza Municipio ont été présentées au public par Daniela Giampaola (responsable du bureau archéologique du centre historique de Naples, Surintendance archéologique de la Campanie) et Giulia Boetto (Centre Camille Jullian, Aix-Marseille Université, CNRS), en présence d’Adele Campanelli (responsable de la Surintendance archéologique de la Campanie), lors d’une conférence programmée dans le cadre de « Futuro remoto », manifestation de diffusion de la culture scientifique et de l’innovation technologique. Un film documentaire sera produit dans les mois prochains pour illustrer ces découvertes. Il sera accessible en ligne sur le site MediaMed.

Trois sont les stations qui ont permis aux archéologues de restituer la façade maritime de la ville (Stazioni Università, Municipio, Duomo). Après Parthenope, située sur la colline de Pizzofalcone à partir du milieu du VIIe s. av. J.-C., c’est à la fin du VIe-début du Ve siècle av. J.-C., que les colons grecs de Cumes fondèrent Neapolis, sur la plaine qui correspond à l’actuel centre historique. Les murs défensifs de la ville, de Forcella à via Mezzocannone, arrivaient jusqu’à la plage (actuel Corso Umberto) tandis qu’une ample baie occupait la zone comprise entre les actuelles piazza Municipio et piazza G. Bovio. Sur les fonds marins de piazza Municipio et sur la plage de piazza Nicola Amore, les archéologues ont récupéré du mobilier contemporain à l’époque de fondation de la ville, mais aussi des objets plus anciens, se référant à l’habitat de Parthenope.

Ainsi, durant l’Antiquité, la mer arrivait jusqu’aux places Municipio et Bovio, formant une grande baie protégée par deux promontoires où aujourd’hui se trouvent, au sud-ouest, Castel Nuovo et, au nord-est, l’église de Santa Maria di Porto Salvo. Le côté sud-occidental de la baie, plus protégé, fut utilisé pour l’établissement du port et de ses infrastructures. A la fin du IVe-début du IIIe siècle av. J.-C., des opérations de dragage gigantesques furent nécessaires afin de garantir, puis maintenir, la fonctionnalité du port. En effet, tout bassin portuaire, surtout si il est bien protégé par des jetées ou des moles, tend à se combler. Là se déversent les eaux chargées de sédiments des ruisseaux et des petits cours d’eau, ainsi que les eaux usées de la ville. Les gens y jettent des immondices, les déchets de leurs activités artisanales et commerciales. Les fonds des ports sont ainsi tapissés de carcasses, d’objets cassés ou perdus… Pour maintenir le tirant d’eau, les ports sont constamment dragués. Les sables et les décombres sont enlevés et le bassin retrouve sa fonctionnalité. Si les dragages s’arrêtent, les ports se comblent, se déplacent ou disparaissent. La mobilité verticale (élévation des fonds marins) et horizontale des côtes, conjuguée avec des phénomènes naturels comme l’élévation du niveau moyen de la mer (eustatisme) ou les mouvements de la croute terrestre qui entrent aussi en jeu, ont une grande influence dans l’histoire des ports.

Comme l’ont montré les fouilles archéologiques, les pentes autour de la baie furent régularisées avec des murs de terrassement et une rampe d’accès à la mer. Un quai et un axe viaire, la via per cryptam qui reliait Neapolis au bassin portuaire et qui continuait jusqu’aux champs Phlégréens, remontent à l’époque augustéenne. Aux environs des Ier et IIe siècles apr. J.-C., le long de cette route et face au quai, furent construits des édifices thermaux qui devaient être très fréquentés par les marins. Une jetée et des appontements en bois pour le mouillage des navires sont également construits dans le bassin portuaire afin de permettre l’accostage d’un grand nombre de navires et donc le chargement et le déchargement des marchandises.

Nous avons visité et filmé le chantier de la Station de métro Municipio. Les fouilles préventives ont constitué et constituent encore aujourd’hui une occasion rare et extraordinaire offerte aux archéologues et aux historiens, qui ne peuvent d’ordinaire pratiquer des recherches archéologiques en milieu fortement urbanisé et à grandes profondeurs, pour connaître l’occupation de l’espace côtier de la Naples ancienne. En particulier, la ligne 1, avec ses stations qui longent le trait de côte actuel, a permis de restituer le paysage côtier de cette ville. Un paysage qui utilisait le milieu naturel, mais qui était aussi fortement marqué par l’activité humaine. La station de la ligne 6, tangente à celle de la ligne 1, permettra de raccorder la ligne 1 à la Stazione Marittima. Le projet d’aménagement de la place et des stations est œuvre des architectes Alvaro Siza et Eduardo Souto De Mura (https://www.youtube.com/watch?v=0iM3x6z2rlw).

La station de la ligne 1 vient tout juste d’être inaugurée en juin 2015 (https://www.youtube.com/watch?v=lB71rXYORns). La collaboration entre le Génie civil et les archéologues a constitué une expérience exceptionnelle et riche d’enseignements. Pensons que le port antique, à quelque 13 mètres de profondeur, a été fouillé au-dessous du niveau actuel de la mer, ce qui a nécessité des techniques sophistiquées.

Dans le port, les vestiges de six navires, pour la plupart laissés à l’abandon à cause de leur vétusté, ont été découverts. Deux de ces embarcations présentaient une forme inédite à tableau vertical et étaient probablement utilisées pour le service portuaire. La maquette d’une de ces embarcations à tableau (Napoli C), construite par l’équipe d’archéologie navale du Centre Camille Jullian, est présentée dans l’exposition (voir sur le site web du CCJ : http://ccj.cnrs.fr/spip.php?article832). En effet, dans des secteurs des ports peu utilisés ou qui ont perdu leur fonctionnalité, les archéologues retrouvent parfois des bateaux abandonnés. Ces cimetières de bateaux constituent une source de connaissance inestimable car ils nous renseignent sur des types d’embarcations peu documentés comme les bateaux utilisés pour le service portuaire, la pêche ou le transport à l’échelle régionale. Toutefois, fouiller stratigraphiquement (couche par couche) un port antique placé dans une ville moderne n’est pas un mince affaire ! Dans la plupart des cas, cela est possible uniquement si des conditions exceptionnelles sont réunies, par exemple quand des travaux publics ou privés de grande envergure sont réalisés.

Les fouilles archéologiques du port de Naples, à l’exemple de celles réalisées dans d’autres ports de Méditerranée comme Marseille ou Istanbul (port byzantin de Yenikapi), ont permis de faire avancer les études d’archéologie navale antique en apportant les témoignages concrets de types de bateaux et de traditions de construction navale tout à fait inédits.

La découverte de vestiges de navires en milieu portuaire nous incite à changer de perspective dans l’étude des ports antiques et à intégrer l’archéologie navale parmi les disciplines susceptibles d’y apporter une contribution importante. Au-delà̀ des approches topographiques, édilitaires ou géoarchéologiques, l’archéologie navale permet d’appréhender la dimension nautique de l’espace portuaire et d’étudier ses infrastructures en relation avec les navires pour lesquelles elles furent construites (http://www.bollettinodiarcheologiaonline.beniculturali.it/documenti/generale/9_Boetto_paper.pdf)

A partir du Ve siècle le bassin situé sous l’actuelle piazza Municipio s’ensable à cause de l’avancement progressif de la ligne de côte et de la fin des opérations de manutention (dragages). Les activités portuaires se déplacent alors vers l’actuelle piazza G. Bovio. C’est l’histoire ‘terrestre’ du site qui débute avec les établissements artisanaux byzantins, les maisons du Moyen Age, les aménagements défensifs postérieurs. Les fouilles du métro ont permis de dégager les tours et bastions de l’enceinte défensive construite à l’époque aragonaise, au milieu du XVe siècle, autour du Castel Nuovo d’origine angevine (1279), comme par exemple le Torrione dell’Incoronata visible dans la station de la ligne 1. Un palimpseste d’édifices et de couches archéologiques épais de plusieurs mètres (jusqu’à 20 m) sépare désormais les fonds marins du bassin portuaire d’époque antique de la place de nos jours…

 Auteur du billet Giulia Boetto (CCJ)

 A voir :

Emissions télé italienne RAI Uno sur les fouilles du port de Naples de 2004

Emission « Passaggio a Nord Ovest » de Alberto Angela https://www.youtube.com/watch?v=oNZUICajPCY
https://www.youtube.com/watch?v=0uSCxf4SwA8

Les fouilles archéologiques du métro sont réalisées par la société Metronapoli S.p.A.

Direction scientifique : Daniela Giampaola, responsable archéologue du Centre Historique de Naples, Surintendance archéologique de la Campanie

Coordination à Piazza Municipio : Vittoria Carsana, archéologue, Metronapoli S.p.A.

Coordination à Piazza N. Amore (Station Duomo) : Beatrice Roncella, archéologue, Metronapoli S.p.A.

Coordination de l’étude des bateaux antiques : Giulia Boetto, chargé de recherche au CNRS, Centre Camille Jullian, UMR7299, Aix-Marseille Université, CNRS, MCC, Inrap.

Crédit photographique de l’image à la une : photographie de Brigitte Marin, licence CC : BY NC ND


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.