ATRI 1 : Systèmes productifs, circulations, interdépendances

Présentation

Cet atelier étudie, dans une perspective de temps long, les évolutions conjointes des systèmes productifs et des modalités de circulation et d’échange dans la Méditerranée (sociologie économique, anthropologie, économie, histoire, géographie, science politique, archéologie).

Quel est l’impact des phénomènes actuels de globalisation sur les variétés de capitalisme, les structures de marché et les formes d’organisation du travail ? L’ouverture des échanges, des transferts technologiques et des savoir-faire s’est manifestée régulièrement dans l’histoire de la région méditerranéenne, mais de manière discontinue, et parfois à travers des séquences très brèves (à l’exception de la domination romaine). Comprendre ces phénomènes dans la durée permet d’évaluer l’originalité des dynamiques contemporaines, qu’il s’agisse de la libéralisation des politiques économiques ou de la promotion de modèles alternatifs d’organisation du capitalisme.

Dans le cadre de l’intégration européenne et des coopérations euro-méditerranéennes, la construction de vastes zones de libre-échange met en concurrence les espaces productifs et les marchés du travail structurés sur des territoires parfois géographiquement éloignés. De nouvelles formes de circulation s’intensifient, à travers la réorganisation des migrations (allers-retours Europe-Maghreb, développement des migrations transsahariennes), la diversification des formes d’entrepreneuriat, le développement d’échanges transnationaux formels et informels. L’étude des formes anciennes de la production, dont certaines sont encore inscrites dans les sociétés actuelles de la rive sud, peut offrir une dimension prospective sur l’évolution actuelle et proposer des modèles de développement durables à partir du maintien de la gestion des systèmes productifs.

Dans le cadre de la globalisation, l’accélération et la synchronisation des transports, des communications mondiales et des échanges financiers, produit-elle des effets d’intégration ou au contraire de disjonction croissante des espaces sociaux méditerranéens ? L’attention portée à la reconfiguration des réseaux gagne ici à être enrichie d’une réflexion sur les facteurs historiques de densification des liens industriels, financiers, commerciaux, éducatifs et culturels, l’évolution des formes de centralité (urbaine, régionale, etc.) et de connectivité (diasporas, chaînes de sous-traitance, réseaux numériques, etc.).

Coordination

LEST :

  • Annie Lamanthe (annie.lamanthe@univmed.fr)
  • Hiroatsu Nohara (hiroatsu.nohara@univmed.fr)

CCJ :

  • Giulia Boetto (gibo23@libero.it)
  • Corinne Rousse (corinne.rousse@gmail.com)

TELEMME :

  • Olivier Raveux (Raveux@mmsh.univ-aix.fr)
  • Béatrice Mésini (Mesini@mmsh.univ-aix.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.