ATRI 2 : Dynamiques socio-environnementales

Présentation

Cet atelier établit un dialogue interdisciplinaire entre les sciences humaines et sociales et avec les sciences de la vie et de l’environnement, autour des défis environnementaux critiques du bassin méditerranéen. Appliquée sur le temps long, la mutualisation des expériences et des pratiques de recherches permet de répondre à de multiples interrogations, tant de nature scientifique qu’épistémologique, sur la relation « hommes – milieux » en Méditerranée. Cette relation et ses impacts sont anthropo-centrés dans la mesure où elle concerne les ressources utilisées par la société (eau, terre, espace, etc.). La ressource en eau est un des principaux défis critiques aujourd’hui considéré comme relevant des sciences de l’ingénieur, alors que les réponses complètes se situent dans les relations sociales autour de cette ressource, c’est-à-dire dans son usage, sa gestion et son mode de gouvernance, tout comme dans l’usage des acquis mis en œuvre au cours de l’histoire. Il en est de même pour d’autres grands défis comme l’urbanisation, sa relation avec la diminution de l’agriculture périurbaine et des espaces littoraux naturels, et plus généralement de l’occupation de l’espace, de la modification des paysages, de l’érosion des sols, de la pollution marine, des espaces côtiers et des zones humides, ainsi que de l’importance de la biodiversité dans une région sous contrainte climatique. Ce dialogue transversal, inscrit dans une mise en perspective historique, permettra de mieux appréhender les défis que représentent le changement climatique, les problèmes de circulations épidémiques, la disponibilité des ressources, et les changements de pratiques individuelles et collectives qu’il induit dans le champ de l’environnement.

Cet atelier s’attache par conséquent à retravailler la grande question des relations « hommes-milieux », autour des champs d’actions suivants :

  • la comparaison des expériences de recherches sur des territoires, des échelles de temps et thématiques diverses ;
  • la discussion sur des problématiques transversales liées à la situation de milieu contraignant et susceptible de lever des « verrous » épistémologiques entre sciences de l’environnement et sciences de la société autour de concepts comme la vulnérabilité, la conservation, la biodiversité, etc. ;
  • un débat sur la position des sciences sociales au regard de l’évolution de ces défis environnementaux, au point de vue de la transformation des savoirs et des pratiques, de la perception et des comportements vis-à-vis des problèmes environnementaux, et des modèles de sociétés qui en modulent les dynamiques.

Coordination

LAMPEA :

  • Jean-Pierre Bracco (jean-pierre.bracco@univ-provence.fr)
  • Estelle Herrscher (herrscher@mmsh.univ-aix.fr)

LAMES :

  • Samuel Bordreuil (Bordreuil@mmsh.univ-aix.fr)
  • Pierre Fournier (pierre.fournier@univ-provence.fr)

LPED :

  • Chantal Aspe (chantal.aspe@univ-provence.fr)
  • Hubert Mazurek (hubert.mazurek@ird.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.