ATRI 3 : Savoirs, techniques, langages

Présentation :

Cet atelier s’interroge sur les transformations profondes qui sont en train d’affecter l’espace méditerranéen au moment où fait irruption la communication technologique de la connaissance et où certains pensent pouvoir annoncer l’avènement d’une « société de la connaissance ». Au cours de l’histoire, le monde méditerranéen a fait l’expérience d’innovations majeures (invention de la philosophie, de la géométrie « grecque », de l’algèbre « arabe », …), localisées et issues de circulations plus larges, tant internes qu’externes à cet espace. Tantôt ouvert, et travaillé par d’intenses circulations, tantôt fermé, divisé, fortement asymétrique, cet espace, invite à repenser les articulations majeures entre les savoirs, sous toutes leurs formes, les langages qui leur sont inséparables et les sociétés dans leur diversité, ainsi qu’à examiner le rôle des « savoirs », et de ceux qui les produisent, dans les dynamiques des sociétés. Au fil de ces expériences, ce sont sans doute les grandes propositions conceptuelles qui seront mises à l’épreuve, celles d’une épistémologie fille de la « Révolution scientifique » comme des Lumières européennes, ou d’une sociologie des sciences toujours marquée au sceau du « désenchantement du monde ».

De telles réflexions nourriront les analyses des enjeux contemporains des savoirs dans les sociétés méditerranéennes. Quelles places les sciences (non seulement les sciences de la vie ou de l’ingénieur mais aussi les sciences humaines et sociales) y occupent-elles actuellement ? Quelles approches institutionnelles se dessinent-elles (réformes des systèmes scientifiques et techniques au Sud, compétition accrue des systèmes universitaires au Nord, place et rôle des technologies de l’information, essor des laboratoires de recherche au Sud, transferts des savoirs…) ? Quels en sont les impacts socioculturels (rôle et place des savoirs scientifiques et techniques dans la société à travers les médias, statuts des professions scientifiques et de la diffusion des savoirs, transformation des langages et des savoir-faire…) ? Comment se reconfigurent ces espaces et ces sociétés à l’heure du développement des réseaux multiformes d’information et d’échanges ? De telles investigations nécessitent la diversité des points de vue et la mobilisation d’outillages conceptuels différenciés, au croisement de l’histoire, du droit, de la philosophie, de l’épistémologie, de la sociologie ou de l’anthropologie.

Coordination :

CEPERC :

  • Philippe Abgrall (philippe.abgrall@univ-provence.fr)
  • Eric Audureau (eric.audureau@univ-amu.fr)

IREMAM :

  • François Siino (Siino@mmsh.univ-aix.fr)
  • Philippe Cassuto (Philippe.Cassuto@univ-amu.fr)

CNE :

  • Jean Boutier (jean.boutier@univmed.fr)
  • Jean Davallon (Jean.Davallon@univ-avignon.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.