ATRI 5 : États, droits, appartenances

Présentation :

Voie de circulation ouvrant sur un large arrière-pays européen, africain et asiatique, la Méditerranée est à la fois un foyer de tensions multiples et un creuset de transformation des identités. L’enchevêtrement très complexe des questions humaines, culturelles et religieuses, politiques et stratégiques qui caractérise la région méditerranéenne lui confère une certaine centralité, notamment dans ses rapports à l’Europe.

Cet atelier porte sur les processus complexes d’articulation entre configurations institutionnelles et sociales d’une part, et entre États et systèmes régionaux ou internationaux d’autre part. L’attention se focalisera sur les diverses relations qu’entretiennent l’espace européen et l’espace méditerranéen, espaces sociopolitiques différenciés qui s’interpénètrent néanmoins.

Dans quelle mesure les évolutions ou les blocages des systèmes politiques méditerranéens – particulièrement sur les rives méridionales et orientales – peuvent-ils être expliqués par les relations qu’ils entretiennent avec l’Europe communautaire, par la circulation transnationale des idées, des représentations, des arts de faire, des normes et des hommes ? Les réponses politiques et institutionnelles des États méditerranéens et de l’Europe communautaire sont-elles également à la hauteur de ces enjeux ?

Un premier axe de recherche vise à mieux cerner le redéploiement des formes d’appartenance religieuses et culturelles en Europe et en Méditerranée. Il permettra notamment de réinterroger la question des rapports entre société, politique et religion, récurrente dans les pays méditerranéens, mais également au cœur des débats que suscite la définition d’une identité européenne. Il accordera également une place importante à l’étude des dynamiques migratoires euro-méditerranéennes et aux réponses des États à ces phénomènes.

Un deuxième axe de recherche s’intéresse aux transferts, importations et exportations de modèles politiques et juridiques d’un espace socio-historique à un autre. Si la relation euro-méditerranéenne est expressément envisagée, par l’Union, comme un facteur devant hâter l’émergence d’un vaste espace démocratique, le processus rencontre des complexités liées à la confrontation entre des universaux (comme les droits de l’homme et la démocratie) et des réalités historiques, sociales, culturelles et politiques variables. Ce deuxième axe permet ainsi tout à la fois de questionner l’internationalisation du droit dans des sociétés souvent marquées par des historicités très conflictuelles et d’évaluer les effets réels de ces transferts sur les sociétés envisagées, notamment pour ce qui concerne les formes d’articulation des droits politiques, économiques et sociaux.

Coordination :

DPCDIDE :

  • Laurence Gay (laurence.gay@gmail.com)
  • Olivier Grojean (olivier.grojean@free.fr)

IDEMEC :

  • Gilles De Rapper (derapper@mmsh.univ-aix.fr)
  • Katia Boissevain (k.boissevain@gmail.com)

TDMAM :

  • Pierluigi Lanfranchi (pierluigi.lanfranchi@gmail.com)
  • Sylvain Brocquet (sylvain.brocquet@univ-provence.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.