Séminaire interdisciplinaire d’études méditerranéennes « Objets des migrations d’hier et d’aujourd’hui »

affiche-objets-des-migrations

La deuxième séance du séminaire interdisciplinaire d’études méditerranéennes LabexMed intitulé « Objets des migrations d’hier et d’aujourd’hui » se tiendra le 26 janvier prochain en salle PAF de 10h à 13h. Il accueillera:

Jean-Paul Demoule U. Paris I Panthéon Sorbonne
« Migrations en Méditerranée, des débuts de l’agriculture jusqu’aux premières cités : données et débats »

Alexandra Galitzine-Loumpet CESSMA – Non-Lieux de l’Exil
« Repenser le vestige : la culture matérielle au prisme de la migration et de l’exil »

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’Université de Paris I Panthéon Sorbonne et à l’Institut universitaire de France. Ancien élève de l’École normale supérieure, il est docteur de l’université de Paris I et de l’Université de Sarrebruck. Spécialiste du néolithique et de l’âge du Fer, il a conduit des fouilles archéologiques en France, en Grèce et en Bulgarie, et s’est particulièrement investi dans l’archéologie préventive. À ce titre, il a participé à l’élaboration de la loi de 2001 sur l’archéologie préventive et à la création de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), qu’il a présidé de 2002 jusqu’en 2008. Il a reçu en 2008 le Heritage Prize annuel de la European Association of Archaeologists. Il est membre de l’UMR 8215 Trajectoires du CNRS, qu’il a dirigée pendant plusieurs années. Il s’est intéressé également à l’histoire et au rôle social de l’archéologie, ainsi qu’à ses constructions idéologiques, telles que le « problème indo-européen ». Il a publié une vingtaine d’ouvrages, dont La révolution néolithique dans le monde (CNRS, 2010), On a retrouvé l’histoire de France – Comment l’archéologie raconte notre passé (Robert Laffont & Gallimard, 2012), Mais où sont passés les Indo-Européens ? Le mythe d’origine de l’Occident (Le Seuil, 2014).

Alexandra Galitzine-Loumpet est docteur en archéologie et anthropologie (Université Paris I). Elle travaille sur la culture matérielle, les représentations de l’altérité, les processus patrimoniaux et le musée comme espace politique, et, depuis plusieurs années sur l’exil et la migration. Après avoir été près de vingt-ans MCF à l’université de Yaoundé I, elle a enseigné et travaillé dans plusieurs institutions françaises. Elle a notamment fondé et co-dirigé (avec A. Nouss) le programme de recherche Non-lieux de l’exil  http://nle.hypotheses.org/) entre 2011 et 2015 et en est aujourd’hui la responsable, et co-dirige le programme MIGROBJETS avec Peter Stockinger. Elle est associée au CESSMA (Université Paris-Diderot, Inalco, IRD).  Parmi ses publications :   « Pour une typologie des objets de l’exil », Working paper sur HAL-SHS, sept. 2013 ;   « Exil (Objets) », Glossaire des mobilités culturelles, Z. Bernd et N. Dei Cas eds. Peter Lang eds. 2014, pp.188-202 ;  “The Material Culture of Displacement: from the Artefact to the Imaginary Museum”,  People & Things on the Move: Migration and Material Culture (University of Chicago), 2015 ;  « Habiter l’exil : le corps, la situation, la place » dans l’ouvrage collectif Décamper, de Lampedusa à Calais, La découverte nov. 2016.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *