Les études méditerranéennes

Strait_of_gibraltarInaugurée à Aix-en-Provence en 1997, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme est une structure fédératrice dont les recherches, animées par 11 unités mixtes (Aix-Marseille Université/CNRS), portent principalement sur l’espace méditerranéen. Elle favorise des actions transversales, inter-laboratoires et interdisciplinaires, dynamiques et innovantes dans le domaine des sciences humaines et sociales.

La Méditerranée est devenue un objet scientifique dont on peut retracer la généalogie, les formations historiques et les figures possibles : celles de l’affrontement, du contournement, de la circulation et de l’adaptation. Les équipes de recherche d’Aix-Marseille publient sur tous les sujets qu’ouvre un compas chronologique qui va de la préhistoire jusqu’aux représentations et aux mémoires comparées nord/sud.

La constitution de la Méditerranée comme champ d’études comparatives a en outre été renforcée par la mise en place de plusieurs programmes européens qui sont venus soutenir et officialiser le travail d’analyse scientifique conduit à Aix-en-Provence :

  • Entre 1998 et 2000, un premier programme européen de recherche a été mis en œuvre, depuis la MMSH, sur les « Représentations de la Méditerranée ».
  • Puis, un Réseau thématique euro-méditerranéen en sciences humaines (REMSH), coordonné par le Pôle EuroMed de la MMSH (dont ce réseau a précisément permis la constitution) a rassemblé, dans le cadre du Ve PCRD, douze partenaires scientifiques européens.
  • Une nouvelle étape a été franchie, dans le cadre du VIe PCRD avec le « Réseau d’excellence des centres de recherche en sciences humaines sur la Méditerranée » (Ramses2). Piloté par la MMSH, coordonné par le CNRS, il a rassemblé, à partir de 2006, 30 institutions de recherche et 17 laboratoires du CNRS. Ce Réseau d’excellence a pu associer des partenaires tels que le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, l’Égypte, Israël et la Turquie.

Qu’il s’agisse de comprendre la superposition les lieux de culte au cours de trois mille ans d’histoire, la transmission et le partage des héritages, de mesurer les apports migratoires, de saisir les interactions complexes des milieux et des hommes ou les jeux de représentation, les études méditerranéennes ne cessent de susciter des synergies nouvelles dont Aix-Marseille représente un pôle essentiel, aussi bien national qu’international.

Centralité et actualité de la Méditerranée

La Méditerranée connaît une actualité de plus en plus grande sur le plan politique et médiatique. Elle est devenue ces dernières années un théâtre politico-diplomatique de premier plan ; c’est une des plus grandes routes du monde sur le plan énergétique ; la première destination touristique mondiale (avec 210 millions de touristes internationaux par an, auxquels s’ajoutent de plus en plus de nationaux avec l’accroissement des niveaux de vie et des mobilités). Ces flux font de la question humaine en Méditerranée la question première. Une bonne intégration des connaissances en sciences humaines et sociales est aujourd’hui un impératif pour une meilleure problématisation des enjeux contemporains liés aux rapports entre les groupements politiques et sociaux de la Méditerranée et des continents auxquels elle est ouverte.

La Méditerranée constitue un espace de circulation et de transmission central pour les trois grandes religions monothéistes que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam, qui y trouvent le lieu de leurs communes origines comme de leurs violentes différenciations. Elle constitue également le berceau de nombreuses innovations intellectuelles majeures, en philosophie, en mathématiques, en physique, en architecture, en droit, en musique, en métrique poétique, etc. La centralité du monde méditerranéen se joue également sur la scène politique et stratégique. C’est un lieu phare de débat et de confrontation, comme cela l’a d’ailleurs été dans les années 1970-1980 en Europe centrale et orientale (après les accords d’Helsinki), autour des questions liées aux Droits de l’Homme, aux droits civiques et aux modèles de laïcité. C’est également un lieu où perdurent des conflits de plus en plus internationalisés.

La Méditerranée est donc un espace privilégié pour étudier les défis majeurs qui se posent à l’échelle de la planète : risques naturels, réchauffement climatique, modification du cycle de l’eau, changements des fonctions des sols et des couvertures végétales, modifications de la diversité biologique, répartition des ressources, crispation des rapports politiques, économiques et sociaux nord-sud débouchant sur des conflits, flux migratoires, urbanisation, littoralisation, protection patrimoniale.

La centralité récente de la Méditerranée dans l’agenda politique international doit favoriser de nouvelles formes de réflexion scientifique pour l’aborder comme un laboratoire « grandeur nature », un « système de différences complémentaires », et pour permettre d’observer les processus d’hybridations et les interactions qui dessinent des territoires complexes dans la dynamique de la globalisation. La consolidation d’une recherche innovante et indépendante en sciences humaines et sociales à l’échelle de la Méditerranée doit permettre de rendre plus intelligible ce tissu de similarités et de différences, de proximités et de barrières qu’est le monde méditerranéen. L’objectif serait alors de faire émerger à moyen terme une communauté scientifique méditerranéenne et de faire de cet espace un cadre de collecte de données associant comparatisme et mise en évidence des affinités et des différences, en faisant varier les points de vue et les échelles, pour prendre en compte la complexité et la diversité de cet ensemble.

De grandes questions des SHS sous l’éclairage méditerranéen

La Méditerranée se présente comme un observatoire privilégié pour approfondir quelques grandes questions auxquelles sont aujourd’hui confrontées les SHS : changements géopolitiques, transformations sociales et économiques (flux migratoires et mobilités, vulnérabilités sociales, recompositions de la parenté, fait religieux), risques et crises, environnement, énergie, etc. Certains questionnements ou changements paradigmatiques gagneraient à donner davantage de place dans leurs constructions aux « matériaux empiriques » méditerranéens, dans une perspective faisant droit à la diversité des expériences historiques et dépassant l’approche civilisationnelle dont certains avatars, comme la thèse du choc des civilisations (Huntington), alimentent les fractures sociales et politiques de l’espace euro-méditerranéen.

Quelques exemples, qui n’épuisent pas le sujet, peuvent illustrer ici la démarche :

  • Le monde contemporain est marqué par de violentes controverses sur des questions politico-religieuses, relatives en particulier à la relation entre l’Europe et l’Islam. L’observation de la Méditerranée peut permettre de mieux comprendre les interactions entre le Nord et le Sud, l’Orient et l’Occident, car c’est un lieu de confrontation et d’échange des valeurs et des représentations. Ainsi, la religion s’y affirme alternativement soit comme un constituant identitaire principal et exclusif, soit comme l’objet de pratiques quotidiennes et de registres complexes qui, à travers des pratiques transreligieuses, témoignent d’une certaine capillarité entre les différentes confessions.
  • L’immigration est de plus en plus déterminante pour l’évolution de la démographie européenne. Elle est également au cœur de la compétition pour les travailleurs très qualifiés. C’est un enjeu de premier plan pour l’Union européenne qui doit définir des orientations prenant en compte la diversité des situations dans les États membres et l’importance croissante des populations migrantes en Europe, et dans les Pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée. Paradoxalement les cadres analytiques pour penser ces phénomènes demeurent parfois tributaires des schémas définis a priori par la commande politique et institutionnelle (intégration, regroupement familial, investissement des immigrés dans les pays d’origine, etc.). La recherche ne parvient qu’imparfaitement à saisir les enjeux des nouvelles formes de mobilité, et n’accorde pas assez de place à des thèmes comme la féminisation des migrations, la mobilité pendulaire, les phénomènes de migration des retraités Nord-Sud, la migration virtuelle des téléopérateurs, etc.
  • Deux types d’approches théorisent aujourd’hui les mutations du monde urbain contemporain. L’une chevauche l’emprise des réseaux techniques (NTIC, circulation des informations économiques critiques en temps réel) mais tend à extraire la prospérité des villes de celle de leurs arrières-pays. L’autre – plus urbanistique – insiste sur la notion de « région urbaine » ou de « ville territoire », pour insister sur l’impact du contexte local. L’éclairage méditerranéen amènerait sans doute à réévaluer les déterminations que privilégient ces courants, leur opposant, d’un côté une force ancienne de l’inscription en « réseaux de villes » et, de l’autre, la coexistence d’un modèle paysager qui continue de donner une prime au modèle de la cité (par opposition à son entour rural) alors même que leurs parages ont vu émerger la forme du « district industriel ». Ces questions sont d’autant plus cruciales à une époque où, confrontées au développement de la mondialisation, les SHS s’interrogent aujourd’hui sur le transfert possible de la puissance organisationnelle des états en direction des grandes mégapoles structurantes. Les villes méditerranéennes constituent des ensembles tests pour travailler l’éventualité de ces transferts.
  • La configuration méditerranéenne est profitable à l’articulation entre les sciences de la terre et les SHS, et cruciale dans l’avancée des savoirs. Les organisations en charge de ce dossier considèrent le bassin méditerranéen comme un « hot spot » des changements environnementaux planétaires. La controverse récente sur le réchauffement climatique invite à faire retour sur traces et archives, à mobiliser les savoir-faire de l’archéologie et de l’histoire. L’antiquité des établissements humains autour de la Méditerranée permet de riches comparaisons dans le temps et ainsi une interdisciplinarité effective. A l’autre bout des savoirs SHS, la comparabilité des problèmes auxquels les sociétés font face renforce l’intérêt d’une comparaison du traitement de ces problèmes qui sont définis (ou pas) comme des problèmes publics. Il s’agirait d’étudier les formes de sensibilisation à ces vulnérabilités, les modalités pratiques de construction publique de ces problèmes et les réponses apportées par les politiques publiques.

C’est autour de questions de ce type, pour lesquelles le champ des études méditerranéennes peut se révéler propice au renouvellement des approches, des méthodes, et des objets en sciences humaines et sociales, que sont définis, au sein de LabexMed, des Ateliers Thématiques de Recherche Interdisciplinaires (ATRI). L’assemblage des compétences, des humanités aux sciences sociales, la diversité des terrains et des horizons comparatifs, peuvent permettre de dépasser les cloisonnements actuels, encore trop dominants, entre les différentes approches. Les mobilités et les échanges entre les communautés de recherche des rives de la Méditerranée, le partage des outils et des données à travers le numérique, les regards croisés, constituent les conditions d’une meilleure compréhension des questions humaines et sociales dans leur complexité et dans tous leurs compartiments.

> Crédit photo : Strait of Gibraltar, 14 April 1994, NASAn via Wikimedia Commons.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.