Archéologie et diplomatie: les pratiques de collections dans la Méditerranée des XVIIIe et XIXe siècles

“Archéologie et diplomatie:  les pratiques de collections

dans la Méditerranée des XVIIIe et XIXe siècles”

24 octobre 2013 – Salle B 269 / 14h-18h

table-ronde organisée par Ridha Moumni

14h – 14h20  Présentation

14h20 – 14h55

Delphine Burlot, Pensionnaire à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) / Restauratrice

La peinture romaine antique, un objet de curiosité et de convoitise au XVIIIe siècle.

La peinture antique, longtemps délaissée par les amateurs d’antiquités, entre peu à peu dans les collections européennes au XVIIIe siècle. Objet rare, précieux, elle fait dans la première moitié du siècle l’orgueil de quelques cardinaux romains et d’aristocrates britanniques. Dans la seconde moitié du siècle, la découverte d’Herculanum permet au roi de Naples de constituer la plus grande collection européenne du genre. Il comprend le parti qu’il peut en tirer et réussit ainsi à faire venir à Naples des visiteurs de toute l’Europe. Mais la peinture antique était-elle collectionnée pour ce qu’elle est réellement ou pour ce qu’elle symbolise ? En replaçant l’histoire de ces œuvres dans le contexte culturel et politique du XVIIIe siècle, nous tenterons de répondre à cette question.

14h55 – 15h30

Nabila Oulebsir, Maître de conférences en Histoire de l’architecture et du patrimoine, Université de Poitiers

James Bruce de Kinnaird (1730-1794) : collectionnisme européen et antiquarisme nord-africain dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Lorsqu’il occupe à partir de mars 1763 le poste de consul d’Angleterre dans la Régence d’Alger, l’écossais James Bruce, recommandé par son mentor Lord Halifax qui lui attribua la mission d’explorer “the Coast of Barbary, which might be said to be just at our door” (Bruce, 1790), devait étudier les ruines anciennes, satisfaire le “goût” naissant de l’époque pour les antiquités et enrichir la collection du nouveau souverain George III. Équipé d’une Camera Obscura et de divers instruments de mesure pour l’astronomie, la météorologie, le dessin…, il se dirige vers Alger en passant d’abord par la France puis l’Italie, notamment Rome et surtout Naples où il est resté plusieurs mois. J’évoquerai dans mon propos les liens entre la découverte d’Herculanum et Pompéi, la première publication des résultats de fouilles menées sous les auspices de Charles III le Bourbon, roi de Naples, et le goût naissant pour les antiquités nord-africaines dont James Bruce a déjà un avant-goût à Naples avec le témoignage d’anciens captifs italiens du bey de Constantine, antiquités qu’il étudie ensuite sur place, constituant l’une des premières collections d’antiquités nord-africaines du roi d’Angleterre, ainsi que des manuscrits provenant d’Éthiopie.

15h30 – 16h05

Ridha Moumni, Chercheur associé, Centre Camille Jullian (MMSH)

L’usage de l’antique dans la Régence de Tunis au XIXe siècle : entre politique et diplomatie

 

La campagne d’Egypte a montré l’intérêt des empires coloniaux pour le patrimoine archéologique des pays arabes de Méditerranée. A Tunis, dès le début du XIXe siècle sont apparues les premières collections d’antiquité. Consuls européens, marchands, savants, avaient pour loisir et occupation d’acquérir les antiquités de la Régence et plus particulièrement du site de l’ancienne Carthage. Qu’il s’agisse d’une histoire de goût, d’une question économique, ou pour affirmer une légitimité sociale, cet usage de l’antique ne se limitait pas uniquement aux étrangers, mais touchait également la classe dirigeante locale. Ministres du Bey et le Bey lui-même constituaient de riches collections rassemblant un matériel provenant de l’ensemble du pays, signe de leur distinction sociale et d’une expression culturelle qu’ils mettaient au service de leur fonction et qui se sont souvent retrouvés au centre des relations diplomatiques de la Régence.

 

Pause 16h05 – 16h15

 

 

16h15 – 16h50

Sylvie Guichard, Egyptologue, Musée du louvre

Les consuls de France et d’Angleterre en Egypte au début du XIXe siècle, Bernardino Drovetti et Henry Salt, et la constitution des grandes collections d’antiquités égyptiennes en Europe entre 1803-1830.

 

A l’issue de l’Expédition d’Egypte, la France et l’Angleterre envoyèrent à Alexandrie et au Caire des consuls chargés de  rétablir les relations politiques et commerciales avec le nouveau maître du pays, Méhémet Ali (1769-1849). Leur mission diplomatique se doubla rapidement d’une compétition à la recherche d’antiquités qui seront à l’origine des premiers musées égyptiens en Europe

 

16h50 – 17h25

 

Ruurd B. Halbertsma, Conservateur du National Museum of Antiquities / Professeur, Université de Leiden

The travellers’ passion: early archaeological documentation of Tunisia

The time in which the antiquarian way of collecting antiquities changed into real archaeology was largely populated by a variety of interesting persons: scholars, princes, prelates, ambassadors, aristocrats and officers: ‘a socially inhomogeneous group of enthusiasts’. The emerging science of archaeology benefitted enormously from these persons, who collected a great deal of documentation and enlarged the collections of many museums in Europe. In my paper I will pay attention to the dynamic interaction of three persons, who were deeply interested in the archaeological heritage of Tunisia: Jean-Emile Humbert (1771-1839), military engineer, Count Camillo Borgia (1771-1817), officer and antiquarian, and Caspar Reuvens (1793-1835), professor of archaeology at Leiden University. I will give a brief outline of the careers and interaction of these three main players. But the main focus will lie on the archival material, which remained unpublished and is in various ways important for the modern archaeologist.

 

17h25 – 18h Discussion

Modérateurs :  – Ghilaisne Alleaume, Directrice de recherche au CNRS, Directrice de l’IREMAM

– Philippe Jockey, Professeur, Aix-Marseille Université / Centre Camille Jullian


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.