Séminaire : Les humanités numériques au service des études coloniales et post-coloniales, 19/11/2018, MMSH, Aix en Provence

Programme complet du séminaire

Numérisation et archivage électronique, édition électronique, constitution de corpus numérique, capture, analyse et traitement des données numériques, représentation graphique (notamment le traitement linguistique), analyse de données… sont autant de moyens de faciliter l’accès aux sources, de produire des recherches quantitatives, d’opérer des croisements substantiels de données et de valoriser ces dernières. Afin de se développer au mieux, ces outils nécessitent une coopération étroite entre chercheurs, bibliothécaires, développeurs et personnels IST.

Dans cette optique, de nombreux projets ont fleuri de bases prosopographiques, de bibliothèques numériques ou de mise à disposition de carnets de recherche. S’il existe des tentatives de coordonner ces initiatives, soit par l’intermédiaire de la BNF, soit par la publicisation de ces initiatives aux niveaux local, national ou international, les chercheurs manquent parfois de visibilité sur les projets développés. Pour cette raison, ce premier séminaire sur l’apport des humanités numériques aux études coloniales et post-coloniales se propose de faire connaître des projets développés par des institutions et des chercheurs.

La première partie du séminaire sera consacrée aux initiatives de centres de recherche, de fondations et d’archives en Egypte (Centre d’études alexandrines, Alexandrie), en France (Archives nationales de la France d’Outre-Mer, Aix-en-Provence) et au Maroc (Fondation du roi Abdu Aziz Al-Saoud, Casablanca). Ces présentations seront complétées par une réflexion sur les usages relatifs à Omeka, un outil dédié à la gestion des données de la recherche. La seconde partie du séminaire portera sur des exemples concrets de projets développés par des chercheurs à des stades d’avancement très différents, qu’il s’agisse de bibliothèques numériques, de bases de données et de carnets de recherche. L’accent sera plus particulièrement mis sur la construction d’outil autour des acteurs coloniaux. L’objectif de ce séminaire est avant tout d’échanger, d’enrichir les expériences de chacun, d’amorcer des collaborations et d’offrir une première recension des projets numériques sur ces thématiques.

Informations complémentaires : Florence Renucci florence.renucci[at]univ-amu.fr et Isabelle Thiébau thiebau[at]mmsh.univ-aix.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.