Anna Rouadjia : soutenance de thèse

14 janvier 2019, 14h00, MMSH d’Aix-en-Provence (Salle Duby).

Anna Rouadjia, sociologue doctorante LabexMed rattachée au LPED, soutiendra sa thèse doctorale le lundi 14 janvier 2019 à 14h00 à la MMSH d’Aix-en-Provence

 

*
La place de la « nature » dans la gestion et les usages des villes en Méditerranée. Héritages, ruptures et perspectives : une
comparaison Alger-Marseille
*

Travaux dirigés par Hubert MAZUREK et Madame Cécilia CLAEYS

Composition du jury
M. Hubert MAZUREK Aix-Marseille Université, Directeur de thèse
Mme Cécilia CLAEYS Aix-Marseille Université, Co-Directeur de thèse
M. Madani SAFAR-ZITOUN Université d’Alger, Président
Mme Carole BARTHELEMY Université d’Aix-Marseille, Examinateur
M. Jean-Pierre LÉVY Ecole des Ponts ParisTech – LATTS, Rapporteur
M. Tozzi PASCAL Université/IUT Bordeaux Montaigne, Rapporteur

Mots-clés : ville, environnement, nature

Résumé de la thèse:
L’introduction de l’enjeu environnemental au sein des politiques urbaines, induit une requalification de la place et du rôle attribué aux éléments naturels, et suppose notamment une progressive transformation des pratiques gestionnaires relatives au ménagement des jardins publics. Les principes du développement durable urbain, qui ont été édictés dans
le contexte des pays d’Europe de l’Ouest dans les années 1990, ont ensuite été adoptés par les gouvernements du Sud, et notamment par les États du Maghreb au cours de la décennie suivante. Sous l’influence des orientations
ministérielles et des institutions internationales, est attribué un statut renouvelé à la « nature » présente en ville. Or ces dynamiques font face à des phénomènes d’inertie qui induisent une régularité des écarts existants entre les principes édictés formellement et les actions engagées localement. Ainsi, cette thèse analyse les représentations, les normes et les pratiques relatives à la nature urbanisée dans deux agglomérations, situées de part et d’autre de la Méditerranée, où ces écarts sont particulièrement saillants. La comparaison permet d’opérer un parallèle entre deux
projets urbains, visant à faire de Marseille une  »ville-nature » et d’Alger une  »ville-jardin ». Entre Alger et Marseille, se pose la question des héritages et des ruptures historiques, mais aussi celle des impératifs liés aux politiques
internationales, qui s’imposent sans pour autant infléchir les dynamiques de consommation foncière, d’inégalités socio-territoriales ou de fragilisation des écosystèmes locaux. En partant des travaux issus de la sociologie de l’environnement, de l’urbain et du politique, et en s’appuyant sur un corpus réunissant des données qualitatives, cette recherche explore les dimensions symboliques, sociales et politiques de la « nature » urbanisée. Une centaine
d’entretiens et tout autant d’observations ont été menés auprès d’habitants vivant dans différents quartiers de ces deux villes, mais également auprès d’institutionnels et de praticiens ; afin de saisir le rôle des configurations territoriales et des positions sociales, sur les rapports à l’environnement. L’étude comparée des modalités de gestion et de planification des espaces verts publics, puis des mobilisations sociales au sujet de l’environnement, et enfin celle des pratiques et des représentations culturelles du végétal, permet d’expliquer les motifs de la marginalisation de la question écologique dans ces contextes socio-politiques. La comparaison montre que la notion de « nature » renvoie à des acceptations culturellement différenciées, qui en contexte méditerranéen, ne sauraient être réduites à un déterminisme anthropocentrique.


1 réflexion sur « Anna Rouadjia : soutenance de thèse »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.