Chiara Pettenella: soutenance de thèse

Vendredi 25 janvier 2019, 9h30, IEP – Espace Philippe Seguin (31 Avenue Jean Dalmas, 13100 Aix-en -Provence), salle EPS 001.

Chiara Pettenella, doctorante en science politique rattachée à l’IREMAM et au CHERPA, soutiendra sa thèse doctorale le vendredi 25 janvier 2019 à 9h30 dans l’Espace Philippe Seguin (salle EPS 001) de l’IEP (Science Po Aix) à Aix-en-Provence (31 Avenue Jean Dalmas).

« Gouverner les migrations par la vulnérabilité. Fabrique, circulation et mise en œuvre de la catégorie ‘mineurs non accompagnés’. Bruxelles, Le Caire, Catane (1997 – 2017) »

Le jury de thèse sera constitué de :
– Jean-Pierre Gaudin (Professeur, Sciences Politiques, Aix), Directeur de thèse ;
– Viriginie Guiraudon (Sciences Politiques, Paris), Rapporteur ;
– Philippe Aldrin (Professeur, Sciences Politiques, Aix) ;
– Alain Morice (Paris-Diderot), Rapporteur ;
– Kamel Doraï (IFPO), Examinateur.

Mots-clés : mineurs non accompagnés, catégorisation, politiques migratoires
européennes, vulnérabilité, gouvernement transnational des migrations, Égypte

Résumé :
Cette thèse propose d’étudier une catégorie d’intervention des politiques migratoires : les mineurs non accompagnés. À rebours d’une vaste littérature qui traite les mineurs non accompagnés en tant que groupe – posant des questions concernant leurs trajectoires migratoires, leur résilience plutôt que leur vulnérabilité, ou l’efficacité des politiques censées les protéger –, cette thèse s’inscrit dans une approche constructiviste et interroge les processus par lesquels la catégorie « mineurs non accompagnés » est donnée à voir. Nous analysons la conception de la catégorie juridico-administrative dans les politiques européennes ; les processus de transnationalisation dont elle fait l’objet, et les pratiques d’identification et de surveillance par lesquelles elles est mise en œuvre. Représentés comme les « plus vulnérables » parmi les migrants, les mineurs non accompagnés, apparaissent d’un côté comme un révélateur privilégié du fonctionnement du gouvernement transnational des migrations en Méditerranée, mettant en lumière
l’articulation, plutôt que l’opposition, entre traitement humanitaire et sécuritaire des migrants. D’un autre côté, la catégorie « mineurs non accompagnés » fonctionne comme un opérateur de changement : son institutionnalisation réorganise le travail au concret d’acteurs des politiques migratoires et de protection de l’enfance et véhicule des changements dans ces politiques. Cette thèse couvre une période de vingt ans et
investit trois terrains d’enquête. Tout d’abord, les forums et les arènes européens à Bruxelles, où se dégagent les représentations compassionnelles, et les logiques organisationnelles et professionnelles sur lesquels reposent les concurrences entre acteurs de la protection de l’enfance, des migrations et de la sécurité pour la définition légitime de la catégorie mineurs non accompagnés. Les données empiriques montrent la communautarisation du « problème » dans les politiques dites d’asile, d’abord, puis son inscription dans des pratiques sécuritaire en lien avec la lutte contre la traite et le trafic de migrants. Au delà des frontières européennes, l’Égypte est signalée par les acteurs transnationaux comme un « pays d’origine » de mineurs non accompagnés. La Commission européenne et des organisations internationales – l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), notamment – déploient des efforts auprès d’élites nationales égyptiennes dans le but de susciter l’émergence d’un problème public « mineurs non accompagnés » à l’échelle nationale. Un Comité national récemment créé va faire adopter une loi contre le trafic de migrants prenant en compte la notion de vulnérabilité de catégories spécifiques de migrants, dont les mineurs non accompagnés. Cette loi se traduit par un renforcement de la frontière égyptienne dans le but de contrôler les départs de migrants vers l’Europe. Le troisième terrain a été mené à une frontière de l’Union européenne. Il prend en compte le cas de Catane (dans l’est de la Sicile) où sont données à voir les opérations d’individuation des mineurs non accompagnés arrivant par mer par les agents sécuritaires et humanitaires des migrations, et les pratiques de surveillance déployées par les professionnels de la prise en charge sociale des migrants ; mais aussi les pratiques de résistance à/par la catégorie déployées par les migrants eux-mêmes. Du point de vue méthodologique, le choix d’un objet resserré, à savoir la catégorie « mineurs non accompagnés », permet d’élargir par ailleurs l’analyse, en incluant décideurs, agents à qui revient la mise en œuvre d’actions visant les mineurs non accompagnés, et migrants se disant ou étant identifiés comme appartenant à cette catégorie ; d’un autre côté, il rend viable une analyse qui englobe, avec le centre décisionnel bruxellois, un espace transnational où la catégorie est continuellement redéfinie.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.