Oran, une ville ottomane au Maghreb

Conférence de Mme Dalila SENHADJI (USTO) donnée le  4 avril 2018 à l’IFEA (Istanbul), à 18h et animée par Mme Juliette DUMAS (AMU) dans le cadre du projet OTTOMED.

Conférence de DALILA SENHADJI (Architecte qualifiée des sites et monuments historiques ; Maitre de Conférences, HDR à l’Université des Sciences et de la Technologie Mohamed Boudiaf d’Oran).

Résumé La présentation se propose comme une rétrospective de l’histoire et de l’architecture ottomane d’une ville au Maghreb : Oran. A l’instar d’autres villes d’Algérie, Oran a connu une présence ottomane qui a laissé des traces, notamment dans l’architecture. Des édifices emblématiques de cette période sont encore visibles aujourd’hui : en l’occurrence, les bains turcs, le palais du Bey ou encore la mosquée du Bey Mohamed El Kébir. Oran a, en effet, connu deux présences ottomanes de 1708 à 1732, puis de 1791 jusqu’à l’arrivée des Français en janvier 1831. Ces deux périodes de présence ont alterné avec deux temps de conquête espagnole : la première de 1509 à 1708 et la seconde de 1732 à 1791. La ville s’est alors stratifiée depuis la période dite arabe, espagnole, ottomane et française. La seconde période ottomane (1791-1831) a engendré des transformations architecturales et urbaines importantes et largement visibles à ce jour, amorcées grâce au Bey de l’époque et qui ont entraîné la genèse de ce qui sera appelé ensuite la “ville européenne”. Des traces, des monuments parfois classés et des bâtisses témoignent de l’ampleur des travaux. Cependant, la première période ottomane (1708-1732) soit une durée de vingt quatre ans, reste assez méconnue, voire inexplorée, et ce malgré d’importantes investigations. Peu de vestiges, d’édifices de cette époque nous sont parvenus. Ceci serait dû en partie au tremblement de terre de 1790 qui a dévasté les 3/4 de la ville. Un chroniqueur turc cite pourtant trois mosquées à l’intérieur de la casbah lors de la première conquête ottomane : celles-ci sont introuvables dans les archives et les chroniques espagnoles et françaises. Ainsi, à l’aide de cartes, de plans et d’iconographies, nous tenterons de mettre en lumière l’évolution urbaine et l’héritage architectural ottoman de la ville d’Oran. 

Illustration : Mosquée el bey – sid el houari – Oran (Zakaria kheddam,CC BY-SA 4.0).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.