Table ronde: L’Algérie en mouvement. Un peuple qui se libère ou un régime qui se régénère ? 16 mai 2019, 19h

16 mai 2019, La Carmagnole, 10 rue Haguenot, Montpellier.

Farida Souiah post-doctorante LabexMed rattachée au LAMES, participera à la Table ronde “L’Algérie en mouvement. Un peuple qui se libère ou un régime qui se régénère ? qui aura lieu le 16 mai 2019 à 19h, Espace La Carmagnole à Montpellier.

*

L’étincelle de la contestation populaire en cours en Algérie est partie d’une dernière humiliation infligée par des clans voulant reconduire pour un 5ème mandat de 5 ans la présidence par procuration d’Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, au pouvoir depuis 20 ans, victime en 2013 d’un AVC très handicapant qui en a fait un « président fantôme abandonnant à son entourage immédiat la réalité de l’exercice du pouvoir dans une absolue opacité.
Annonce officielle en est faite le 10 février dernier. Depuis, les marches de contestation se succèdent la semaine durant dans tout le pays, se transformant en marée humaine chaque vendredi. Gaïd Salah, Chef d’état major des armées soudainement converti à un légalisme constitutionnel de façade, souffle le chaud et le froid.
Les conséquences, produites de semaine en semaine sinon de jour en jour, sont connues: démission de Bouteflika qui, avant de partir, mine le terrain en imposant un premier ministre et un gouvernement légalement irrévocables pendant 90 jours ; présidence intérimaire assurée par Bensalah, président honni du Sénat ; démission du président contesté du Conseil constitutionnel, Belaiz ; annonce d’une élection présidentielle le 4
juillet prochain sitôt dénoncée ; limogeage de personnalités du régime ; réveil soudain de l’appareil judiciaire ; arrestation d’oligarques et, le 4 mai, de deux très importants généraux et de Saïd Bouteflika, frère et conseiller spécial de l’ex-président… Présentées comme autant de réponses à la contestation populaire, toutes ces « concessions » sont rejetées au fur et à mesure. Le mouvement, se présentant sous sa forme actuelle depuis
vendredi 22 février, y voit des « ruses » destinées à gagner du temps au profit du ‘’système’’ en place et exige, en réponse, un règlement politique loin des subterfuges du formalisme constitutionnel.
Son mot d’ordre [‘’yetnahaw gaâ’’ – ‘’ils dégagent tous’’], par sa radicalité, fait lien entre les différentes catégories de manifestants, se traduit par l’absence de représentation et de coordination et par la volonté de passer à de nouvelles modalités d’organisation institutionnelle.
Mouvement surprenant non pas dans son surgissement, mais dans sa composante sociologique et ses modalités d’expression, il n’est pas né d’une génération spontanée. Il fait, en effet, suite à de nombreuses manifestations de contestation, souvent réactives, corporatistes, territorialement localisées, fragmentées et porteuses de demandes
catégorielles à satisfaire dans l’immédiat. Expression d’une certaine désespérance, ces manifestations n’excluaient pas des formes de violence à la marge. Le blocage institutionnel et le délitement de l’Etat qui leur donnaient fondement laissaient penser au surgissement d’un mouvement radical où la violence, déjà là, l’emporterait comme modalité principale de contestation. Or, l’énorme surprise est que survient un mouvement
pacifique [‘’Silmia’’ en est le leitmotiv] embrassant tout le pays, largement intergénérationnel et mixé bien que la présence de la jeunesse y soit dominante. S’y côtoient toutes les catégories sociales lui donnant une consistance résolument interclassiste replaçant le peuple au cœur du politique.

Sa cible ? Le ‘’système’’ et l’oligarchie compradore dont il a favorisé l’éclosion, renforcé le pouvoir de prédation et de corruption et fait entrer dans les rouages de l’État lui offrant ainsi de réaliser à peu de frais la jonction avec les anciennes classes dirigeantes.

Comment interroger ce mouvement ? Quel regard portent sur lui le sociologue, le politiste, l’économiste, la société civile ? Vers quelle (s) issue (s) ou quelle (impasse(s) est-il susceptible de conduire ?

Discutants :
Aïssa Kadri, professeur émérite de sociologie, Université Paris 8 St Denis ;
Farida Souiah, docteure en Science politique, chercheure au LAMES (CNRS), Aix-Marseille;
Youcef Tounsi, économiste et écrivain, Montpellier ;
Yacine Boulmis, archéologue
Mourad Belkehla, médecin, Collectif des Algériens de Montpellier pour la Démocratie en Algérie (CAMDA).
Modération : Hocine Zeghbib, Maître de conférences honoraire, Montpellier.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.