Retour sur le colloque à Birkbeck, 3/5/2019

Social Expertise and Political Decisions in Early Modern Europe.

Le 3 mai dernier s’est déroulé le workshop international « Social Expertise and Political Decisions in Early Modern Europe », organisée par Solène Rivoal, post doctorante au LabexMed rattachée au laboratoire TELEMMe. Accueillie à Londres, au Birkbeck College, et financée par le LabexMed, le laboratoire TELEMMe et l’Institut universitaire français, cette manifestation scientifique avait pour enjeu de réfléchir aux formes de participation de certains habitants d’États européens dans les prises de décisions politiques locales à l’époque moderne. Le postulat de départ était que ces acteurs, grâce au savoir qu’il détenaient et qu’ils pouvaient livrer aux autorités locales ou centrales, influençaient les décisions et pouvaient être à l’origine de créations de normes locales. En ce sens, l’intérêt de cette journée était de réfléchir à ces habitants comme des experts de savoirs dont les autorités peuvent avoir besoin pour gouverner.

Pour tester la validité de ce concept d’expertise sociale que pouvaient détenir des habitants, le workshop a rassemblé de nombreux spécialistes d’histoire moderne sur une aire géographique large, afin de pouvoir comparer les différentes configurations et les modalités d’expertise visibles dans les sources. Le fait de ne s’intéresser qu’à la période moderne ne relève pas d’un choix épistémologique, mais plutôt d’une volonté de cohérence dans les temporalités entre les communications pour pouvoir discuter de phénomènes certes éloignés géographiquement, mais dans une chronologie resserrée permettant la comparaison. En effet, à cette époque, dans les États italiens, en France, dans les États allemands ou encore en Angleterre, on retrouve dans les archives des traces d’un savoir commun délivré par des habitants, c’est à dire un savoir qui permet d’identifier les réseaux sociaux existants, qu’ils soient familiaux, professionnels ou de voisinage, ou un savoir qui explique des usages de lieux, et livre un connaissance fine des espaces sur lesquels les sociétés se bâtissent.

Les discussions se sont révélées riches autour d’interventions variées qui portaient aussi bien sur la valeur des participations des habitants, qu’elles soient appelées « gossips », ou encore « témoignages » par exemple, que sur l’usage de ces savoirs ou encore sur l’identité des experts sociaux par exemple. Le débat s’est révélé particulièrement fructueux sur le concept d’expertise  lui-même pour qualifier ce type de savoirs, les interrogations portant par exemple sur la possibilité et la manière dont les savoirs communs peuvent devenir une forme d’expertise.

Cette journée a privilégié les débats et la discussion entre les différents spécialistes. Ainsi, les quatre sessions prévoyaient à chaque fois un moment de discussion relativement long et la journée s’est terminée sur une table ronde, pour permettre à tous les participants du workshop de participer et nourrir ainsi les problématiques identifiées et de préciser de nombreux points de vocabulaire. Les échanges ont permis de dégager plusieurs points de définitions sur ce qu’est l’expertise sociale à l’époque commun, ou encore les savoirs communs.

[Texte rédigé par S. Rivoal]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.