Les Ottomans en Méditerranée : un patrimoine disputé

Plusieurs manifestations liées à ce projet dirigé par Juliette Dumas (IREMAM) se déroulent à l’IFEA-Istanbul grâce à la collaboration avec M. Bayram Balci, directeur de l’IFEA.

10/06/2019 – Le patrimoine : conceptions, situations, temporalités

Intervention de Muriel Girard, maîtresse de conférences en SHS à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille (ENSAM).

Cette intervention se propose d’interroger des cadres d’analyse des processus de fabrication du patrimoine. Elle s’appuie, d’une part, sur la riche littérature consacrée au patrimoine comme construction sociale et, d’autre part, sur des recherches menées au Maroc et en Turquie depuis le début des années 2000. Un fil conducteur de l’intervention sera la double tension entre monographie et comparaison et universalisme et localisme.

Trois entrées seront questionnées :

–          les conceptions, mettant au jour des sens et des pratiques du patrimoine pluriels ;

–          les situations selon une double approche : une faisant dialoguer le patrimoine et le territoire, dont G. di Méo (1994) a travaillé la « parenté conceptuelle » ; l’autre interrogeant les « patrimoines situés », tenant compte des pratiques des acteurs, des politiques publiques, des normes patrimoniales mais également des émotions et des imaginaires (M. Rautenberg 2015)

–          les temporalités patrimoniales, celles-ci étant fortement imbriquées aux temporalités sociales, économiques et politiques.


14/06/2019 – Les historiographies arabes sur l’histoire ottomane

Journée d’études organisée par l’IFEA avec le concours du LabexMed
Vendredi 14 juin 2019 de 10h à 18h
Présentations et débats se tiendront en français

L’étude de l’histoire ottomane est un champ soumis à d’intenses cloisonnements, provoqués par la fragmentation des entités politiques et communautaires concernées par ce passé, ainsi que la vigueur des nationalismes qui en ont émergé.
Le cloisonnement des pays a ainsi favorisé le cloisonnement des histoires, renforcée par les barrières linguistiques. L’historiographie turque sur l’histoire ottomane ignore volontiers les productions occidentales, qui tendent à ne tenir en considération que quelques rares productions scientifiques turques – il est vrai qu’une politique éditoriale soutenue et l’ouverture internationale de certaines universités turques a contribué, depuis une décennie, à réviser ce paradigme. La rupture avec les mondes balkaniques et les mondes arabes demeure, elle, profonde. Pourtant, au cours de ces deux dernières décennies, ces différentes écoles historiques ont vu émerger un renouveau historiographique, partiellement imputable aux post-colonial studies, mais aussi à des phénomènes de nature très variable, comme l’ouverture massive des archives ottomanes, des politiques éditoriales renouvelées, une évolution profonde des discours mémoriels ou encore, plus récemment, la détérioration des conditions de recherche dans certaines régions de l’espace moyen-oriental, qui motivent les chercheurs à se réorienter vers de nouveaux objets de recherche. Le résultat est foisonnant, mais demeure difficile à saisir dans sa globalité, tant les barrières linguistiques et les spécialisations disciplinaires maintiennent la difficulté de la circulation des savoirs.
D’où cette question qui demeure : quel(s) regard(s) portent aujourd’hui les historiens du monde arabe sur l’histoire ottomane ? Quand, pourquoi, dans quels champs de réflexion se sont développés de nouvelles perspectives de recherche ?
Quels liens entretiennent ces renaissances scientifiques avec les transformations politiques et culturelles qui secouent aujourd’hui le monde arabe ? Entre les différentes écoles historiques, où divergent les points de vue ? Y a-t-il un dialogue ou un phénomène d’interpénétration transrégionale des savoirs ? Telles sont les questions auxquelles cette journée d’études tentera d’apporter des éléments de réponse.

10h accueil des participants – café
10h 30 Discours d’accueil du Directeur de l’IFEA, Bayram Balci
Remarques introductives, par Juliette Dumas (AMU DEMO /IREMAM, chercheuse associée à l’IFEA)
11h-12h Juliette Honvault (IREMAM) : “Le passé ottoman du Yémen : tours et détours de l’historiographie yéménite contemporaine”
Iris Seri-Hersch (AMU DEMO / IREMAM) : Domination impérialiste, entrée dans la modernité et/ou transferts socioculturels ? Regards soudanais sur la « première turkiyya » (1820-1885)

14h-15h30 Vanessa Guéno (AMU DEMO / IREMAM) : “Regards syriens sur l’Empire : histoire d’un électrocardiogramme politique”
Philippe Bourmaud (Lyon3 Jean Moulin / LARHRA) : “Politique et horizons régionaux de l’historiographie ottomane palestinienne”
Aline Schlaepfer (Univ. de Genève / MESLO) : “L’Irak post-ottoman en perspective: amnésie ou nostalgie?’’

16h30-17h discussion – mise en regard des historiographies, par Suraiya Faroqhi (Univ. Ibn Haldun)


14/06/2019 – Fabrique du tourisme et expériences patrimoniales au Maghreb

Intervention de Charlotte Mus-Jelidi, maîtresse de conférences en SHS à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de La Villette (ENSA La Villette).

L’objectif de cette présentation est de renouveler les perspectives classiques sur le tourisme et le patrimoine au Maghreb et en Méditerranée : d’une part, considérer le tourisme dans les anciennes colonies françaises nord-africaines et au-delà comme une des déclinaisons de la « situation coloniale » décrite par Georges Balandier et en décrire les implications politiques ; d’autre part, réévaluer les conséquences de la naissance et du développement concomitants des pratiques touristiques et de l’institution du patrimoine culturel autour de la Méditerranée, qui sont souvent pensées comme des champs séparés. Fruits de rencontres et de collaborations internationales nouées au début des années 2000, la réflexion présentée ici dessine le paysage complexe, à la fois politique, idéologique et imaginaire, dans lequel une multiplicité d’acteurs, de représentations concurrentes du passé et de stratégies économiques ont continuellement forgé des usages du patrimoine et des politiques touristiques, depuis la période précoloniale jusqu’au moment des contestations des « printemps arabes ». Ces dynamiques ont eu, et ont encore, une influence déterminante sur la structuration des sociétés locales et les circulations internationales. Par la description fine de leurs usages et de leurs représentations des espaces, des biens et des cultures, il s’agit d’analyser comment des pouvoirs institués, des individus impliqués, des visiteurs curieux pouvaient parcourir des lieux et produire des narrations du passé. Il fallait pour cela croiser les points de vue de ces voyageurs que les sources nomment parfois touristes avec ceux des acteurs patrimoniaux qui voulaient, et veulent encore, construire le champ culturel du Maghreb. Elle offrira des perspectives de réflexion dans trois domaines : patrimonialisation et mise en tourisme du passé antique dans la Tunisie coloniale, production de l’architecture touristique maghrébine et ses liens avec le patrimoine vernaculaire, usages culturels et touristiques des biens et des pratiques religieuses.



27/06/2019 – Table ronde “Les historiographies caucasiennes et centrasiatiques”

Parmi les intervenants :

  • Gaybulla Boboyorov (Institut d’orientalisme, Tachkent) 
  • Altay Goyushov (Université de Bakou) 
  • Giorgi Sanikidze (Université d’Ilia)
  • Juliette Dumas (IREMAM discutante)

Over the past two decades, the historiographical production of the history of the Ottoman Empire has seen profound renovations and a remarkable prosperity. The internationalization of research has promoted the establishment of cross-dialogues among the nationalist productions of the different post-Ottoman states. Moreover, being aware of the impact of Orientalism, Western researchers have leaned towards their own historiography in regard to this area (Ottoman, Turkish, Oriental, etc.). As a result, there is a vast wave of critical reflection on the diverse writings and apprehensions of this imperial space. Unfortunately, the lack of consideration for such historiographies produced in Caucasian and Central Asian countries, is important to underline. Either the effect of the compartmentalization of academic fields and of languages’ obstacle, the way which the countries of the Caucasus and Central Asia have perceived and still perceive today the Ottoman past, is quite a dead angle, that this round table intends to contribute to go over. Many questions might be raised: are they facing a renewed interest in this past, as a number of Middle Eastern countries? What role does Russian historiographical traditions play in the production of this knowledge? What kind of discourse do these countries produce regarding the Ottoman past? Does the state of diplomatic relations between these countries and Turkey, have an impact on it? Are Pan-Turkism and Pan-Islamism still a current issue today and do they affect the perception of this past?

14h-14h30   Introductive words by Bayram Balcı, director of IFEA – Istanbul

14h30-15h    Prof. Dr. George Sanikidze(Ilia State University, Tbillisi): “Perception of the Ottoman Empire in the Georgian historiography”

coffee time

15h30-16h    Dr. Altay Goyushov (Baku Research Institute, Baku): “Perception of Ottoman Empire among Muslim of South Caucasus in the late 19th-early 20thcenturies”

16h-16h30    Ass.Pr. Dr. Gaybullah Boboyorov (Institute of Oriental Studies, Tashkent): “Orta Asya toplumunda Osmanlı bilinci”

16h30-17h    Discussion by/with Ass.Pr. Dr. Juliette Dumas (AMU DEMO / IREMAM, Aix-en-Provence)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.