Accueil de Ons Kamoun, chercheure invitée au LAMES en octobre 2019

LabexMed accueillie au LAMES et à TELEMMe Ons Kamoun, spécialiste d’études cinématographiques, du 19 octobre au 16 décembre 2019. Elle est maître-assistante à l’École Supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma à Université de Carthage et chercheure associée à l’Institut des Recherches sur le Maghreb Contemporain de Tunis.

Discipline
Études cinématographiques

Domaines de recherches
Documentaire
Anthropologie audiovisuelle
Film de Femme

Biographie
Cinéaste et Maître-assistante en Techniques de l’audiovisuel et du cinéma depuis 2018. Docteure en Cinéma, diplômée de l’Université de Toulouse Jean-Jaurès en 2017. Sa thèse est une quête de vérité de la figure du désert, entre le cinéma de Nacer Khémir et son film de chercheure. Son premier long-métrage TRAVELLING raconte son parcours d’enseignante de cinéma dans le sud tunisien. De 2009 à 2016 elle a enseigné à l’Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès, où elle a produit une centaine de courts-métrages pour ses étudiants. Membre du Laboratoire de Recherche LARA-SEPPIA à l’Université de Toulouse Jean-Jaurès, depuis 2013.

Actuellement
Elle est chercheure associée à l’Institut des Recherches sur le Maghreb Contemporain où elle a initié l’Atelier Réception et Ecriture sur l’esthésie et l’Atelier du Film de Chercheur dans lequel elle accompagne des doctorant en sciences humaines dans la réalisation de films dans leurs thèses. Elle enseigne la réalisation et le décor à l’Ecole Supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma de Gammarth (ESAC) et l’Anthropologie audiovisuelle et le filmage du réel à l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis (ISSHT).

Thématiques de recherche
Ses recherches actuelles s’intéressent particulièrement aux questions du Genre au cinéma, du récit de soi, en plus du Film de chercheur et du filmage du réel. Dans cette optique elle a entamé des travaux de recherche ralliant articles et films.

Programme de recherche
 Présentation
Ma recherche qui s’inscrit dans le champ des études de genre et qui s’intéresse aux marginalités et/ou minorités, entamée en Tunisie et qui sera clôturée en France, débouchera sur une production filmique. Ainsi, dans le prolongement de mon intérêt pour la méthodologie innovante du Film de chercheur et celui des thématiques de l’altérité et de la résistance, et dans ce cadre de recherche pluridisciplinaire, ma recherche, tentera à travers son langage, d’explorer de nouveaux champs de construction du discours scientifique pour échapper au conformisme classique.

Contexte de la découverte de l’approche genre
Le film part d’une rencontre, d’une aventure, d’une contemplation de l’horizon à partir d’ici, de la Tunisie, l’autre rive. En 2012, en pleine effervescence sociale en Tunisie, on m’a parlé de « Genre ». J’ai trouvé ce terme étrange et cloisonnant, moi qui ne me suis jamais considérée comme femme et qui pourtant subissait mon « Genre ». Il m’a fallut une révolution pour annoncer ma rupture et assumer ma nouvelle clairvoyance, toujours à travers la manipulation des images et des sons, en intégrant d’une façon consciente et engagée l’approche genre dans les films réalisés sous ma direction, en étudiant toute sortes de nouveaux sujets et en revisitant d’anciens films que j’ai produits, sous cette nouvelle lumière.

Note d’intention
En 2018, j’ai rencontré, grâce à des collègues chercheures en sciences humaines avec lesquelles j’assurais un enseignement de l’anthropologie audiovisuelle, le groupe de recherche GeFeM-GECRIS. Dans ce film de 52 minutes, je voudrai revenir sur la constitution de ce collectif, de ses stratégies mises en place et de l’évolution de ses travaux à travers son colloque qui met la lumière sur les Altérités et résistances à l’épreuve du genre en Méditerranée.

L’histoire du Genre et de la Méditerranée y sera racontée par le prisme de l’harmonie entre les problématiques portées par les thématiques et les espaces qui hébergeront les rencontres entre les chercheurs à savoir Le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) et le Site Mémorial du Camp des Milles.

En plus les clips montrant leurs travaux, des témoins de premier plan et des participants au colloque Altérités et résistances à l’épreuve du genre en Méditerranée dont les œuvres ont abordé ce sujet, seront interrogés dans le film documentaire. « L’attention sera portée sur des exemples pris dans l’Histoire longue ou dans l’actualité récente présentant les logiques d’affrontements, répressions, adaptations, violences, accommodements voire innovations qui s’expriment dans des résistances émancipatrices ou au contraire conservatrices et les dialogues Nord-Sud possibles dans ces contextes. »

Le film explore les points de vue novateurs des chercheurs et des chercheures dans le domaine des sciences humaines et sociales. L’intégration de la pratique filmique et de la création en tant que innovations dans le champ des sciences humaines est un projet ambitieux qui se félicité d’être encouragé par un laboratoire d’excellence qui célèbre ces champs d’études au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée : LabexMed.

Synopsis : Le film raconte les interactions, les connexions et les dialogues possibles entre rive nord et rive sud, entre chercheurs et artistes, entre géographie et histoire et entre les différentes disciplines des sciences humaines pour révéler les Altérités et résistances à l’épreuve du genre en Méditerranée.

 

Activités

  • Participation à conférence Altérités et résistances méditerranéennes, MMSH d’Aix-en-Provence, 7-9 novembre 2019 avec C. De Gourcy LAMES. Intitulé de l’intervention : “Une pratique filmique Ahlem”. Proposition d’un film de chercheur sur le cumul des marginalités
  • Séminaire GECRIS – TELEMME / Intitulé : Ons Kamoun : Réaliser un film de chercheur-e / Aix-en Provence, 12 décembre 2019, 10h-17h (Salle 1)

 

Communications

Kamoun O. (2019) Le langage filmique comme écriture d’une thèse en SHS : le parcours de Jean Rouch, « le sorcier blanc » de l’Afrique. Communication programmée le 10 septembre dans le cadre de l’école doctorale L’Afrique dans les SHS. Regards croisés et approches méthodologiques. Organisée par Oissila Saaidia et Ramzi Ben Amara. Technopôle de Sousse. 09-14 septembre 2019

Kamoun O. (2019) Les représentations cinématographiques de l’arrangement et du compromis dans Le verrou de Leïla Chaïbi et Hélène Poté et dans Le mur et le fil de Sarra Ben Achour. Communication programmée le 17 avril dans le cadre de l’école doctorale Approche pragmatique des sexualités dans le contexte tunisien. Le compromis et l’arrangement à l’épreuve. Organisée par Mohamed Nachi, Monia Lachheb et Fethi Rekik. Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax. 17-18 avril 2019

Kamoun O. (2019) Le film de chercheur au cœur du paradoxe du discours scientifique. Communication programmée dans le cadre de Intervenante à la journée d’étude Genre et générations. Mises en mots et en images, organisée par Karine Lambert, Constance De Gourcy et Randi Deguilhem. Université Aix-Marseille, MMSH. 14 mars 2019

Kamoun O. (2019) Le discours subversif sur la sexualité dans Le Challat de Tunis de Kaouther Ben Henia. Communication programmée dans le cadre de la journée d’étude Approches des sexualités en sciences sociales – Regards croisés. Organisée par Monia Lachheb. Institut des Recherches sur le Maghreb Contemporain de Tunis. 1er mars 2019

Kamoun O. (2019) Politique de la représentation de l’homosexualité, dans la procédure documentaire tunisienne, pour une transgression des limites. Communication programmée dans le cadre du XIVe Congrès SeSaMO Parcours de résistance au Moyen-Orient et Nord Afrique. Panel Sexualité non normative mis en place par Monia Lachheb. Turin. 31 janvier – 2 février 2019

 Kamoun O. (2019) L’homosexualité dans le cinéma tunisien. Entre marginalisation, normalisation et résistance. Communication programmée dans le cadre de la journée d’étude Homosexualités et postures de résistance en Tunisie. Organisée par Monia Lachheb. Institut des Recherches sur le Maghreb Contemporain de Tunis. 25 janvier 2019

 Kamoun O. (2019) Le film de chercheur : recherche et procédure documentaire. Communication programmée le 10 décembre dans le cadre de l’école doctorale Genre et marginalités au Maghreb : Perspectives pluridisciplinaires Organisée par Monia Lachheb, Perrine Lachenal et Karine Lambert. Faculté des lettres de Sousse. 10-13 décembre 2018

 Kamoun O. (2019) Le film de famille : La conservation d’une mémoire inédite et éphémère en vue d’une restitution de la mémoire universelle. Communication programmée le 27 août dans le cadre de la Table ronde de la 13è édition des Rencontres Cinématographiques de Hergla Quels dispositifs pour une meilleure sauvegarde et une efficiente promotion du patrimoine cinématographique tunisien ? Organisée par Kamel Ben Ouanès. Hergla – Sousse. 27-28 août 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.