Table Ronde “Grottes et Dolmens: Relations entre les sépultures collectives de la fin du Néolithique dans le Sud de la France”, 19-20 septembre 2019

19-20 septembre 2019, MMSH d’Aix-en-Provence (Salle Duby).

Grottes et Dolmens : Relations entre les sépultures collectives de la fin du Néolithique dans le Sud de la France

Comité d’organisation
Mélie Le Roy (UMR 7269 LAMPEA, Aix-en-Provence)
Johanna Recchia-Quinou (UMR 5140 ASM, Montpellier)

*
Programme définitif de la journée

*

Thématique
Dans le bassin nord-occidental de la Méditerranée, la fin du Néolithique est marquée par l’émergence de nombreux groupes culturels et d’une multitude de faciès géographiques, caractérisés sur le plan funéraire, par la dimension collective de leurs sépultures. Ces dernières sont installées soit dans des milieux naturels (grottes, avens, abris) soit construites artificiellement (dolmens, hypogées, etc.). Dans les zones de forte densité de ces deux grands types de tombes (Grands Causses, Ardèche, Cévennes, etc.), l’environnement et le contexte géologique se prête à chacune de ces pratiques et ne sauraient constituer un facteur discriminant. Mais plusieurs questions se posent sur le plan anthropologique, socio-culturel et structurel.

Ces deux expressions funéraires sont-elles le reflet d’une appartenance culturelle distincte ou celui d’un statut social différent au sein d’une même communauté ? Ce qui aux premiers abords ne semble pas transparaître dans le mobilier d’accompagnement, similaires dans les deux types de tombes.
D’autre part, d’un point de vue anthropologique, les études témoignent d’une sélection funéraire spécifique, qui n’inclut pas nécessairement toute la population. On peut alors se demander quelles étaient les conditions d’accès à telle ou telle tombe. Par ailleurs, le recrutement funéraire est-il le même dans les grottes et dans les dolmens ? En résumé, peut-on identifier des pratiques funéraires similaires ou distinctes selon le territoire et selon la chronologie ?

Les tombes mégalithiques sont des architectures monumentales qui ont nécessité un investissement collectif certain pour leur construction et leur fonctionnement. De même, les grottes exigent de lourds aménagements afin de faciliter leur accès, leur circulation interne et l’agencement de l’espace funéraire. Les utilisateurs des grottes sont-ils des constructeurs de mégalithes ? Et quels sont les indices archéologiques à notre disposition pour en discuter ?

L’objectif de cette table ronde est donc de réunir archéologues, spécialistes de l’architecture mégalithique ou du milieu souterrain, anthropologues biologiques et spécialistes des mobiliers dans une démarche pluridisciplinaire pour discuter de cette variabilité funéraire. Les travaux existants abordent de manière exclusive l’un ou l’autre type de tombe et les tentatives de corrélation sont restées relativement rares étant donné le peu de données récentes et fiables pour ces deux types de contextes.

Deux journées d’une dizaine de communications au total réunissant des chercheurs de divers horizons permettra d’initier les premières discussions autour de cette thématique depuis les parallèles d’aménagements construits, aux différences dans le recrutement funéraire, complétés par une réévaluation des assemblages mobiliers et l’étude des représentations symboliques. L’objectif à terme sera de publier les actes de cette rencontre dans la revue Préhistoires Méditerranéennes (édition APPAM).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.