Atelier expérimental “Les objets de la migration et de la mobilité : terrains partagés au Maroc “

Organisé par le LPED-IRD, le MuCEM, l’INSAP, l’UIR, en partenariat avec la Kulte Gallery et le Centre Culturel Africain de Rabat, avec l’appui financié du LabexMed et de l’IRD.  

 

Un retour d’expérience (Sophie Bava, IRD)

Le montage de cet atelier a été réalise entre Sophie Bava du LPED, à l’UIR au Maroc, Yolande Padilla du Mucem et Malik Nejmi, artiste, car il s’agissait de trouver au Maroc des partenaires associés aux musées, au patrimoine mais aussi à l’art.  Nous avons rencontrés de nombreux collègues intéressés par notre démarche et finalement l’INSAP (Institut National des sciences de l’Archéologie et du patrimoine), en la personne de Naïma Chikhaoui et des ses élèves du Master muséologie, est devenu notre partenaire. Par ailleurs, trois artistes du centre culturel africain de Rabat se sont aussi engagés avec nous sur le terrain et dans l’animation et la Gallery Kulte nous a ouvert son espace en organisant la première soirée autour du film de Malik Nejmi “La mer ne nous accroche pas”.  En tout nous étions 19 à participer à cet atelier expérimental

Que ce soit les objets que les migrants transportent avec eux ou abandonnent en chemin, les objets de l’exil, les “objets mémoire”, les objets de protection ou encore les marchandises dont les migrants font commerce, les objets sont omniprésents sur les routes migratoires que nous étudions entre l’Afrique et la Méditerranée. Il s’agissait dans cet atelier d’interroger non seulement le sens caché des objets mais aussi les savoirs qui leurs sont associés ainsi que les représentations et les imaginaires mobilisés par les migrants dans les sociétés qu’ils traversent et où ils s’installent.

L’objectif était d’interroger sur le terrain de la migration, les objets sous plusieurs angles. Objets témoins, objets mémoire, objets traces … comment s’y intéresser, qu’est-ce qu’il nous apporte dans la compréhension de la migration africaine au Maroc ? Pour articuler au mieux ces différents niveaux de réflexion, nous avons décidé dans cette deuxième phase du projet amorce, de mettre en pratique ces idées autour d’un terrain commun et partagé au Maroc. Nous avons finalement travaillé en deux groupes réunissant des conservateurs, des chercheurs, des artistes, des professionnels et des étudiants afin d’allier réflexion et analyse autour non seulement du statut de l’objet, que dans ses fonctions de catalyseur et dans sa vocation matérielle et mémorielle. Pour certains d’entre nous l’objet raconte, pour d’autres il symbolise et s’expose, il est parfois prétexte à la parole et d’autres fois parle de lui même. En général le chercheur prend l’objet comme alibi pour tisser le réseau social, culturel, religieux, économique… autour, alors que pour les conservateurs et les artistes l’objet symbolise, suggère, une réalité à dévoiler, à dénoncer, à exposer.  L’objectif en quelque sorte était de permettre aux chercheurs d’apprendre à travailler sur l’objet physique, esthétique, de le regarder autrement et pour les artistes et conservateurs d’apprendre des méthodes ethnographies permettant de mettre l’objet en contexte dans une approche socio-historique.

Nous avons choisis deux quartiers, un quartier de migrations, Takkadoum, un quartier plus de commerce, la Médina.

Cet atelier se voulait expérimental, non pas comme une juxtaposition de compétences. Nous sommes partis sur le terrain ensemble pour défricher ensemble et croiser nos compétences, nos imaginaires, nos savoirs et chaque groupe devait revenir avec des objets…

 

Déroulé

La première scène de cette rencontre est donc celle de l’art.

La deuxième dès le lendemain à l’INSAP, le groupe au complet, 17 personnes, professeurs, chercheurs, étudiants, artistes, conservateurs vont se retrouver pour planifier la semaine de terrain et d’échanges.

Le troisième temps le terrain partagés entre Takkadoum et la Médina, entrecoupés par des séances de restitution.

Dernière scène au centre culturel africain pour une soirée de partage (repas, musique, poêmes…) à la suite de la restitution finale

 

Points forts et questions

Chacun est arrivé avec son bagage professionnel, même si la méthode ethnographique va être privilégiée, expérimentée et enseigné pour tous. Certains avait une bonne connaissance des migrations, de l’Afrique en tant que chercheurs ou par leur, d’autres du Maroc par leur recherches ou par leur vécu, donc ensemble il fallait essayer d’être complémentaire et sur un temps court ce n’était pas évident ou partir sur un principe de pré-requis, en expliquant au fur et à mesure des situations, ce que certains groupe ont fait.

Dans des pratiques de terrains communs comme celle-ci c’est vrai qu’il est difficile de quitter nos métiers et nos intérêts scientifiques mais épistémologiquement l’entrée par l’objet nous a tous posée plein de questions. Du coup la méthodologie de travail de terrain a donné lieu a de nombreuses discussions (entrée directement à la recherche d’objets à ramener, prendre le temps de discuter, d’écouter, de voir, de sentir…plus ou moins longuement selon certains. 

Avec les artistes, on devient visible sur le terrain mais on devient aussi visible aussi à l’extérieur en changeant de public. Avec les conservateurs et apprentis, on apprend à toucher l’objet, à le prendre en main, à l’informer…On apprend à demander plus de choses aux personnes qui finalement nous racontent l’histoire de ces objets (la bible de Jean, le bracelet d’Oumar, la photos d’identité, la bague…)

Avec les étudiant en muséologie et muséographie, d’autres attentes et notamment celle d’apprendre la méthodologie de terrain de manière plus pédagogique. Le professeur attendait un rapport sur lequel ils ont travaillé pour nous proposer un document commun. L’inductif s’enseigne que par le terrain et pour cela c’était une réussite. Moins peut être sur l’aspect vraiment problématique de l’apport et du rapport à l’objet dans nos recherches. L’intérêt c’est que l’objet intéresse et est vraiment pluridisciplinaire.

Films, photos, objets, croquis et entretiens récoltés. Une grande question : a quoi cela sert de récolter l’objet, pourquoi, pour en faire quoi ? Pour certains d’entre nous c’était un objectif et pour d’autres ça a posé vraiment question.  Donc une grande question, à quel moment de la recherche introduire la question de l’objet ?

 

Voir aussi : Atelier Exploratoire dans le cadre de l’ATRI AfricaMed

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.