Conférence de Charles-François Boudouresque “Au carrefour du passé, des problèmes actuels et du futur de la Méditerranée : L’herbier de posidonie, un écosystème-miracle”

Jeudi 26 septembre 2019, 15h00-16h00, MUCEM I2MP (Fort St. Jean, 13002, Marseille).
*
Dans le cadre de l’Atelier de la Méditerranée organisé par LabexMed à Marseille, 25-26 septembre 2019.

Programme de l’Atelier

Charles-François Boudouresque

Aix-Marseille Université et Université de Toulon, Mediterranean Institute of Oceanography (MIO), CNRS, IRD. Marseille, France

Au carrefour du passé, des problèmes actuels et du futur de la Méditerranée : L’herbier de posidonie, un écosystème-miracle

La posidonie Posidonia oceanica, une plante à fleurs marine, vit en Méditerranée depuis des millions d’années. Elle ne vit qu’en Méditerranée (elle en est endémique) et constitue un symbole de cette mer, au même titre que l’olivier sur les terres qui l’entourent. La posidonie a accompagné l’émergence des civilisations méditerranéennes, ses premiers navigateurs, ses premiers pêcheurs, fournissant des services écosystémiques dont certains sont encore vitaux pour les hommes du 21ième siècle et le resteront probablement dans l’avenir. L’herbier à P. oceanica est une sorte d’écosystème-miracle : dans une mer très oligotrophe (très pauvre en sels nutritifs), une complexe machinerie physiologique et écosystémique lui permet d’édifier une oasis de vie riche et hautement productive. De même, mais grâce à des processus très différents, les récifs coralliens édifient d’extraordinaires oasis de vie dans des océans oligotrophes. L’écosystème à P. oceanica, au travers du couplage entre le benthos et le pélagos de la colonne d’eau, contrôle de vastes zones des régions côtières de Méditerranée. Il fournit à l’homme une large gamme de biens écologiques et de services écosystémiques, par exemple (i) une production primaire élevée qui ‘nourrit’ les réseaux trophiques, au sein de son habitat et à l’extérieur (via l’exportation de feuilles mortes), (ii) la séquestration permanente de carbone au sein de la ‘matte’ (ensemble de rhizomes morts et vivants, conservés pendant des millénaires sous l’herbier), (iii) la production de sable (‘l’usine à sable’) qui alimente les plages, et (iv) la protection des plages contre l’érosion, directe par amortissement des vagues et indirecte grâce aux ‘banquettes’ de feuilles mortes qui s’y accumulent.

Aujourd’hui, les herbiers de posidonie constituent un sujet de préoccupation, bien que leur résilience puisse être supérieure à ce que l’on a cru. Leur régression est due à l’urbanisation et aux aménagements côtiers (par exemple sur la Côte d’Azur, à Monaco et en Ligurie), aux chalutages (par exemple en Corse et en Tunisie), aux ancrages (tout particulièrement ceux des grosses unités, dont les bateaux de croisière) et à la pollution. La surpêche d’espèces qui jouent un rôle clé dans l’herbier provoque un ‘effet-cascade’ et bouleverse le fonctionnement de l’écosystème. L’enlèvement des banquettes de feuilles mortes sur les plages, largement pratiqué par de nombreuses municipalités, a pour conséquence l’érosion des plages et prive les écosystèmes côtiers d’une source majeure de carbone et de sels nutritifs (en empêchant leur restitution naturelle au milieu marin).

La reconstitution des herbiers à P. oceanica détruits est très lente et peut nécessiter plus d’un siècle. La plupart des causes de régression des herbiers sont aujourd’hui sous contrôle, mais cela concerne principalement un petit nombre de pays (Espagne, France, Italie) du nord-ouest de la Méditerranée. L’enlèvement désastreux des banquettes sur les plages (prétendument pour le tourisme) se poursuit presque partout. Les herbiers à P. oceanica sont sans doute résistants au réchauffement climatique, à l’acidification de l’eau et à la montée du niveau de la mer. En revanche, ils sont sensibles au déferlement des espèces invasives, dont la plupart viennent de mer Rouge et entrent en Méditerranée par le canal de Suez, et à la surpêche, qui se poursuit ou même s’accentue.

Bridging the past, today’s challenges and the future of the Mediterranean: The Posidonia meadow, a miracle among ecosystems

The seagrass Posidonia oceanica has thrived in the Mediterranean Sea for millions of years. It is a Mediterranean endemic and is a symbol of this sea, as is the olive tree for the lands around it. Posidonia oceanica accompanied the emergence of Mediterranean civilizations, the first sailors, the first fishermen, with ecosystem services some of which are still vital to 21st century man and will probably still be of paramount importance in the future. The P. oceanica ecosystem can be regarded as a miracle among ecosystems: in a highly oligotrophic sea, complex physiological and ecosystem machinery makes possible the edification of a highly productive and rich oasis of life. By means of quite different mechanisms, tropical coral reefs also provide an unexpected oasis of life in oligotrophic oceans. The P. oceanica ecosystem, via the coupling of the benthos and the water column pelagic system, controls large areas of Mediterranean coastal areas. The P. oceanica ecosystem provides a variety of ecological goods and ecosystem services, e.g. a high primary production that ‘feeds’ the trophic web, within and outside (exportation of dead leaves) its habitat, permanent carbon sequestration within the ‘matte’, production of sand (the ‘sand factory’) that supplies beaches, and protection of beaches against erosion, directly (wave damping) and indirectly (‘banquettes’ of dead leaves cast ashore).

Today, P. oceanica meadows are a cause of concern, although their resilience could prove to be higher than previously thought. Their decline is due to coastal development (e.g. French Riviera, Monaco and Liguria), trawling (e.g. Corsica and Tunisia), anchoring (especially cruise ships) and pollution. Overfishing of key fish species triggers cascade effects and upsets the functioning of the ecosystem. The removal of the banquettes of dead leaves, as practised by many municipalities, results in beach erosion and deprives coastal ecosystems of an important source of organic carbon and nutrients.

The recovery of the destroyed meadows is very slow, and may require more than a century. Most of the causes of the decline of P. oceanica meadows are now under control, but this concerns mainly a few countries (Spain, France, Italy) of the north-western Mediterranean. The disastrous removal of banquettes continues almost everywhere. The P. oceanica meadows are probably relatively resistant to global warming, water acidification and sea level rise; in contrast, they are sensitive to the flow of invasive species, most of them native to the Red Sea and entering the Mediterranean via the Suez Canal, and to overfishing.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.